Les installations sportives du parc Jean-Drapeau rouvriront d’ici le début du mois de juillet, a confirmé vendredi la Ville de Montréal. Les citoyens retrouveront ainsi la plage Jean-Doré, le Bassin olympique et les piscines extérieures. Trois installations qui étaient restées fermées, malgré le déconfinement du sport.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Pourquoi ?

La Société du parc Jean-Drapeau, responsable des lieux, soutenait ne pas avoir l’argent nécessaire pour exploiter les installations cet été. L’organisme – lié à la Ville de Montréal – a perdu des revenus importants de locataires comme le Grand Prix du Canada, Osheaga et Heavy Montréal.

Moins d’événements, moins de revenus.

Moins de revenus, moins de services.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Les piscines et le bassin de plongeon auraient pu rester vides tout l’été. La Société du parc Jean-Drapeau disait ne pas avoir suffisamment d’argent pour les ouvrir.

Moins de services ? Pas de plage, de bassin ou de piscines.

Ça a joué dur près des robinets

Il y a quelques semaines, la Société a donc sollicité une subvention supplémentaire auprès de la Ville. Les négociations ont été difficiles. La semaine dernière, des employés de la Société ont commencé à remplir le bassin d’aviron, ont confirmé trois sources à La Presse. La direction de la Ville l’a appris. Elle a ordonné la fermeture des robinets.

La Société du parc Jean-Drapeau a refusé de commenter l’incident.

Les termes de l’entente n’ont pas encore été dévoilés.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

D’ici peu, les rameurs du Club d’aviron de Montréal pourront reprendre leurs activités. Peut-être dans des bateaux à équipage (comme ci-dessus), selon les directives de la Santé publique, mais peut-être seulement dans des skiffs (pour une seule personne).

Les utilisateurs du parc Jean-Drapeau sont évidemment soulagés de la réouverture des installations. Joseph Rochon, directeur du Club d’aviron de Montréal, attendait cette nouvelle depuis le 20 mai, date de déconfinement des sports individuels au Québec.

C’est une très bonne nouvelle. Maintenant, on peut faire des plans. On peut cesser nos démarches pour aller s’entraîner ailleurs. Ça nous donne une chance de survivre. Je suis vraiment content.

Joseph Rochon, directeur du Club d’aviron de Montréal

Plus tôt cette semaine, il nous avait affirmé craindre pour la survie de son club : « Chaque mois qui passe, des membres nous quittent », se désolait-il.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Les piscines et le bassin de plongeon auraient pu rester vides tout l’été. La Société du parc Jean-Drapeau disait ne pas avoir suffisamment d’argent pour les ouvrir.

Pierre-Olivier Girard est locataire du Bassin depuis 14 ans. Son club de bateau-dragon, H2O Playground, compte plus de 1000 membres. Lui aussi se réjouissait du dénouement. « C’est vraiment cool. Une excellente nouvelle ! » Il est réaliste : « Le bateau-dragon et la distanciation physique, ça ne va pas ensemble. » Il prévoit cependant de louer des pirogues, des canoës et des planches à pagaie.

Quant à la paroi d’escalade, située près du stationnement P13, elle devrait être accessible au cours de la prochaine semaine, après qu’une purge aura permis d’enlever les rochers problématiques.