(Los Angeles) L’ancienne superstar de NBA Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d’un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes.

Agence France-Presse

Michael Jordan a dénoncé dans un communiqué le « racisme enraciné » aux États-Unis, se disant « profondément attristé, véritablement en souffrance et totalement en colère » après la mort le 25 mai de George Floyd, 46 ans, à Minneapolis (Minnesota).

Le Britannique Lewis Hamilton a, lui, dénoncé le silence des « plus grandes stars » de la F1 « dominée par les blancs ». « Je sais qui vous êtes et je vous vois », a ajouté le roi actuel des circuits, sur Instagram.  

PHOTO D’ARCHIVES LOREN ELLIOTT, REUTERS

Lewis Hamilton

Derek Chauvin, le policier blanc qui a maintenu pendant de longues minutes son genou sur le cou de Floyd, qui se plaignait de ne plus pouvoir respirer, a été arrêté et inculpé d’homicide involontaire. Mais les manifestations ont continué de se multiplier et, parfois, de se terminer en émeutes au point que des couvre-feux ont été décrétés dans plusieurs villes.

« Nous en avons assez », a poursuivi Michael Jordan, qui refusait de prendre position sur des questions sociales et politiques pendant sa carrière de joueur.

PHOTO D’ARCHIVES FILIPPO MONTEFORTE, AFP

L’ex-vedette des Bulls de Chicago Michael Jordan a dénoncé le racisme contre la population noire aux États-Unis..

Il rejoint ainsi la cohorte de voix émanant de la NBA (basket), de la NFL (football américain) et d’autres sports aux États-Unis, mais aussi à travers le monde, exigeant des changements sur la façon dont sont traités les Noirs dans ce pays, en particulier par les policiers.

Le joueur des Celtics de Boston Jaylen Brown a conduit quinze heures pour participer à une manifestation pacifique à Atlanta (Géorgie).

Tennis, foot

La joueuse de tennis Serena Williams a posté une vidéo sur Instagram d’une jeune fille submergée par l’émotion lors d’une réunion publique : « Nous sommes des Noirs et nous ne devrions pas avoir à nous sentir comme ça ».

Sa compatriote et phénomène du tennis Coco Gauff a réagi dans une vidéo sur le réseau social TikTok : « Suis-je la prochaine ? ».

Trois joueurs noirs de Bundesliga ont également rendu hommage ce week-end sur les terrains allemands à Floyd.

PHOTO BERND THISSEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Weston McKennie

Le geste le plus spectaculaire a été celui de l’attaquant de Mönchengladbach Marcus Thuram, fils du champion du monde français de 1998, Lilian Thuram, qui a mis un genou à terre dimanche pour célébrer un but.

Genou en terre

Juste après le match, son club a publié sur Twitter une photo de son joueur, le genou à terre et le regard tourné vers le sol, avec la légende  : « Pas besoin d’explication ».

Ce geste a été popularisé par le joueur de NFL Colin Kaepernick, devenu un porte-voix des protestations aux États-Unis contre les violences policières, notamment contre les minorités de couleur.

Lundi, les joueurs de Liverpool les ont imités en posant genou à terre dans le rond central de leur stade. Plusieurs membres de l’équipe championne d’Europe ont partagé sur les réseaux sociaux la photo du geste, accompagnée du slogan antiraciste américain « Black Lives Matter » (« La vie des Noirs compte »).

Dimanche, le jeune attaquant anglais de Dortmund Jadon Sancho (20 ans) a aussi affiché un T-shirt portant l’inscription « Justice for George Floyd » après avoir marqué un but.

Samedi, c’est l’Américain Weston McKennie du club de Schalke 04, qui avait arboré un brassard « Justice pour George ».

« Pouvoir utiliser cette tribune pour attirer l’attention sur un problème qui dure depuis trop longtemps, ça fait du bien ! ! ! », a tweeté McKennie, 21 ans, à l’issue de la rencontre.  

La vedette de la NBA LeBron James avait réagi dès mercredi, tout comme l’entraîneur des Golden State Warriors, Steve Kerr, qui avait tweeté : « C’est un meurtre. Écœurant ».  

La révolte était teintée de douleur pour l’ancien joueur des Warriors et des San Antonio Spurs, Stephen Jackson, qui connaissait la victime.

« Floyd était mon frère. On s’appelait “les jumeaux”. Mon frère était dans le Minnesota parce qu’il changeait de vie, il conduisait des camions […] et vous l’avez tué. Je suis en route pour le Minnesota. Justice sera faite », a-t-il écrit sur son compte Instagram.