(Los Angeles) Le Comité olympique et paralympique américain (USOPC) s’est rangé derrière le CIO, estimant vendredi qu’il fallait plus de temps pour décider du maintien des Jeux de Tokyo cet été, malgré de plus en plus d’appels au report, en raison de la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

« Je pense que nous sommes d’accord avec le CIO pour dire que nous avons besoin de plus de conseils d’experts et d’informations que nous n’en avons aujourd’hui pour prendre une décision », a déclaré Susanne Lyons, présidente de l’USOPC, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.  

« Nous n’avons pas à prendre de décision. Nos épreuves ne se dérouleront pas la semaine prochaine ou dans deux semaines. Elles sont prévues dans quatre mois. Or je pense que beaucoup de choses peuvent changer d’ici-là. Nous donnons donc au CIO la possibilité de recueillir ces informations et conseils avisés », a-t-elle ajouté.  

Et de conclure : « A ce stade, nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire pour nous de les presser à prendre une décision ».

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré jeudi au New York Times que « différents scénarios » étaient à l’étude, soulignant que toute décision de reporter les Jeux serait prématurée.

« Le CIO n’a pas défini de plans d’urgence spécifiques et il a été clair en disant qu’ils continuaient sur la voie de Tokyo », a déclaré Mme Lyons.

Le contexte témoigne pourtant d’un malaise croissant chez certains athlètes, dont la préparation pour les Jeux est rendue très difficile par la pandémie. Au point que plusieurs d’entre eux ainsi que d’anciens athlètes ont appelé le CIO à reporter les Jeux, prévus du 24 juillet au 9 août.

L’ancienne coureuse de demi-fond américaine Kara Goucher a notamment accusé l’instance de placer les considérations financières au-dessus de la santé des athlètes.  

« Les athlètes sont des humains, ils tombent malades ! » a-t-elle tweeté. « Reportez, pour qu’ils puissent rester confinés sans se soucier de perdre leur forme physique ! Vous perdez toute crédibilité ! Les athlètes plutôt que l’argent, s’il vous plaît ! »

Tout en reconnaissant les difficultés auxquelles font face les athlètes, la directrice générale de l’USOPC, Sarah Hirshland, a dit que ceux-ci « n’ont pas un point de vue unanime » sur la question du report des Jeux.

« Les perspectives ne sont pas les mêmes pour tous et cela ajoute à la complexité de la situation. Il y en a pour qui (ces Jeux) ressemblent à leur seule ou dernière chance », a-t-elle expliqué.