(Moscou) Plus de hockey, plus de basket à la télé à cause du coronavirus ? Aucun problème ! Les fans de sports peuvent néanmoins encore suivre une compétition haletante : un tournoi d’échecs en Russie permettant au gagnant d’affronter le champion du monde.

Agence France-Presse

Organisé jusqu’au 4 avril dans un hôtel de luxe d’Ékaterinbourg, en Sibérie occidentale, il s’agit de l’un des derniers événements sportifs maintenus dans le pays et en Europe, après une grande série de suspensions pour entraver la propagation de la COVID-19.

PHOTO FÉDÉRATION INTERNATIONALE D’ÉCHECS, VIA REUTERS

Le joueur d’échecs Alexander Grischuk se passe régulièrement les mains au gel désinfectant durant le tournoi Candidates d’Ékaterinbourg, en Russie.

Son vainqueur aura l’honneur de jouer contre le phénomène norvégien Magnus Carlsen, 29 ans, numéro 1 mondial depuis 2013, lors d’un match programmé à Dubaï en décembre.

Les parties sont diffusées et commentées en chinois, en russe et en anglais sur la chaîne YouTube de la Fédération internationale d’échecs (Fide), qui a rapporté mardi sur son compte Twitter un pic à un million de spectateurs virtuels en Chine.

Tournoi disputé à huis clos

Sur place, la Fédération a toutefois interdit la présence du public pour limiter les risques liés à la pandémie. Sur le site de la compétition, elle avait estimé début mars son annulation impossible, pour des raisons « pratiques et légales ».

PHOTO FÉDÉRATION INTERNATIONALE D’ÉCHECS, VIA REUTERS

Ça fait changement des doubles échecs de la LNH. Le Chinois Ding Liren réfléchit à son prochain coup au tournoi Candidates d’Ékaterinbourg, en Russie.

« Les photos et vidéos (des journalistes) sont seulement autorisées en respectant une distance de 6 mètres avec les joueurs », a précisé l’organisation, l’une des dernières instances sportives internationales où la Russie maintient une influence héritée de l’Union soviétique.

Selon la Fide, le tournoi réunit la « crème de la crème » des échecs masculins : les Chinois Ding Liren et Wang Hao, l’Américain Fabiano Caruana, les Russes Alexander Grischuk, Ian Nepomniachtchi et Kirill Alekseenko, le Néerlandais Anish Giri et le Français Maxime Vachier-Lagrave.

Jusqu’ici, 114 cas du nouveau coronavirus ont été recensés en Russie, sans aucun décès, selon les chiffres officiels. Le pays a toutefois fermé mercredi et jusqu’au 1er mai ses frontières aux citoyens étrangers, à l’exception des résidents permanents.