Le Néerlandais Pieter van den Hoogenband, double champion olympique en titre sur 100 mètres nage libre, rêve de devenir le premier nageur à réussir la passe de trois sur la distance reine en se parant à nouveau d'or cet été aux JO de Pékin, après Sydney (2000) et Athènes (2004).

Benoît Noël

Le pari est «fou» selon VDH lui-même mais le Brabançon y croit «malgré une concurrence de plus en plus forte».

L'Italien Filippo Magnini, le Suédois Stefan Nystrand, l'Australien Eamon Sullivan, les Américains Garrett Weber-Gale et Jason Lesak et surtout le Français Alain Bernard qui lui avait ravi son record du monde au printemps dernier (47 sec 50/100 contre 47.84) seront de sacrés os à croquer.

Les observateurs estiment que les chances de voir le Néerlandais se couvrir d'or paraissent bien minces.

Le nageur d'Eindhoven a d'ailleurs lui-même beaucoup douté ces derniers mois. Éloigné des bassins en 2005 et 2006 suite à une hernie discale, VDH a éprouvé des difficultés à retrouver le rythme et son meilleur niveau alors que la concurrence progressait sans cesse.

«Homme de grands rendez-vous»

Opposé dans un premier temps à la validation de nouveaux maillots qui améliorent sensiblement les performances, Van den Hoogenband a ensuite vu se creuser l'écart entre lui et les nageurs utilisant notamment la combinaison LZR Racer de Speedo.

D'abord hésitant, le sociétaire du club d'Eindhoven s'est ensuite laissé convaincre par son entraîneur Jacco Verhaeren de tester ces combinaisons. Et il a vu renaître ses ambitions en même temps que son moral repartait à la hausse en juin dernier lors des championnats des Pays-Bas qu'il remportait en 48.37 tout en s'estimant «loin de sa meilleure forme».

«Je sais maintenant avec certitude que cette combinaison a une grosse influence sur les temps. Je peux désormais nager dans les temps de mes concurrents qui utilisent ce matériel depuis quelques mois. Cela me rassure», avait-il commenté.

«Je me rends compte maintenant que ces combinaisons permettent de glisser sur l'eau», a-t-il avoué assurant «avoir retrouvé l'espoir de faire un truc en août à Pékin sur 100 m».

«Je suis un homme de grands rendez-vous. Peu de mes concurrents ont mon expérience», rappelle-t-il.

Détenteur de sept médailles olympiques (dont trois titres), le «Hollandais volant» pourrait tirer sa révérence à 30 ans en août prochain. Sur une grosse déception ou sur une joie immense...