Les créateurs néerlandais Viktor Horsting et Rolf Snoeren ont été révélés au monde en 1993, lorsqu’ils ont gagné le grand prix au réputé Festival de Hyères. Audacieux, bousculant sans cesse les codes de la création, ils ont fait depuis leur marque dans le monde de la mode, du prêt-à-porter à la haute couture, en passant par la parfumerie. Le réputé duo connu sous le nom Viktor & Rolf était de passage à Montréal cette semaine, et La Presse a pu s’entretenir avec eux.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Mercredi, au le chic hôtel Four Seasons Montréal, Viktor Horsting et Rolf Snoeren rencontraient les médias. Ils sont en ville pour présenter la famille de parfums Flowerbomb, mais aussi pour discuter de leur cheminement depuis leur rencontre, sur les bancs de l’Academy of Art and Design d’Arnhem, en 1988.

C’est la seconde fois qu’ils visitent Montréal, mais ils n’ont pas encore eu le temps de mettre le nez dehors en cette froide journée, confinés à leur chambre d’hôtel pour cause de ronde médiatique, alors qu’ils se prêtent de bonne grâce au jeu des entrevues successives. « C’est la première fois qu’on voit la neige de l’année. À Amsterdam, c’est pluie, pluie et pluie ! », lance Rolf Snoeren.

PHOTO PATRICK KOVARIK, AGENCE FRANCE-PRESSE

La haute couture demeure pour le tandem un espace de liberté et de création.

Cette rencontre entre les deux créateurs, il y a plus de 30 ans, a porté ses fruits. Dès le départ, ceux qui ont déjà affirmé en entrevue être « un seul cerveau » ont uni leurs forces pour faire leur marque dans l’univers de la création et de la mode. Leur devise : se laisser porter par la force et la richesse de l’acte créateur, sans égard pour les codes ou les attentes du marché.

D’ailleurs, le concours qu’ils ont remporté, en 1993, ils y ont participé à l’origine non pas pour créer leur marque, mais pour voir comment c’était de travailler ensemble, raconte M. Snoeren. « Et ensuite, c’est juste arrivé, naturellement, sans vraiment décider quoi que ce soit. »

Raconter des histoires

Depuis la fondation de leur maison de couture Viktor & Rolf, en 1993, les deux designers se sont fait remarquer pour leur audace et leur propension à bousculer les codes. Leur premier défilé de haute couture, en 1998, attire l’attention avec son unique mannequin sur la passerelle, sur laquelle seront enfilées successivement neuf couches de vêtements de leur collection.

  • Le mot audace pourrait bien résumer l’ADN de la marque Viktor & Rolf, comme cette création colorée et fleurie présenté en 2015 durant la Semaine de la mode de Paris. 

    PHOTO CHARLES PLATIAU, REUTERS

    Le mot audace pourrait bien résumer l’ADN de la marque Viktor & Rolf, comme cette création colorée et fleurie présenté en 2015 durant la Semaine de la mode de Paris. 

  • Moment tiré du défilé de la collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf.

    PHOTO FRANÇOIS GUILLOT, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Moment tiré du défilé de la collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf.

  • Au défilé de la collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf

    PHOTO FRANÇOIS GUILLOT, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Au défilé de la collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf

  • La collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf n’utilise que des échantillons de tissus tirés des archives des designers.

    PHOTO TEAM PETER STIGTER 2020, FOURNIE PAR VIKTOR & ROLF

    La collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf n’utilise que des échantillons de tissus tirés des archives des designers.

  • Le duo de designers se démarque depuis ses débuts par ses défilés qui sortent des normes, audacieux et souvent ludiques, comme dans la présentation de sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2008 à Paris.

    PHOTO BENOIT TESSIER, ARCHIVES REUTERS

    Le duo de designers se démarque depuis ses débuts par ses défilés qui sortent des normes, audacieux et souvent ludiques, comme dans la présentation de sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2008 à Paris.

  • En 2004, la présentation de la collection de prêt-à-porter printemps-été 2005 est l’occasion de lancer la nouveau parfum Flowerbomb.

    PHOTO JACK DABAGHIAN, ARCHIVES REUTERS

    En 2004, la présentation de la collection de prêt-à-porter printemps-été 2005 est l’occasion de lancer la nouveau parfum Flowerbomb.

  • La collection « No » exprime le ras-le-bol des designers devant les impératifs de l’industrie de la mode.

    PHOTO TIRÉE DU WEB

    La collection « No » exprime le ras-le-bol des designers devant les impératifs de l’industrie de la mode.

  • La collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf n’utilise que des échantillons de tissus tirés des archives des designers.

    PHOTO TEAM PETER STIGTER 2020, FOURNIE PAR VIKTOR & ROLF

    La collection Haute Couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf n’utilise que des échantillons de tissus tirés des archives des designers.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mode, ce n’est pas seulement à propos des vêtements ; c’est un univers en soi, un moyen de s’exprimer. Elle va bien au-delà de la robe de la saison. Les vêtements, les accessoires, la beauté, le parfum… Ils sont tous partie prenante de cet univers mystérieux.

Viktor Horsting

« On se voit comme des raconteurs d’histoire [storytellers]. Peu importe ce qu’on fait, c’est toujours très important pour nous de partir d’une idée, d’un concept. Souvent, tout part du langage, des mots ; peu importe si c’est une exposition, une collection, un parfum », détaille M. Horsting.

C’est d’ailleurs ainsi qu’ils ont fonctionné lors de la création de leur premier parfum, Flowerbomb, en 2005 : « Tout est parti du mot “flowerbomb”, qui n’existait pas et que nous avons inventé. Les fleurs et la bombe sont deux opposés qui, mis ensemble, commandent l’attention. C’est ce qui nous a menés pendant tout le projet, nous avons demandé aux parfumeurs de créer une fragrance qui évoque opulence, féminité, romantisme… mais avec en même temps un côté edgy, presque agressif », raconte M. Snoeren.

Le parfum, véritable explosion florale dévoilée lors de leur défilé printemps-été 2005 à Paris, connaît depuis un succès qui ne se dément pas. Le duo a ensuite lancé plusieurs fragrances, dont des déclinaisons de sa première création : Flowerbomb Nectar, en 2018, et Flowerbomb Midnight, l’an dernier.

Pourquoi investir le monde des fragrances ? « Chacun de notre côté, nous avons été attirés vers l’univers de la mode à travers les publicités de fragrances ; ces images, toujours si glamour et mystérieuses, ont agi un peu à la manière d’un portail vers le monde de la mode », remarque M. Horsting.

Autobiographie sur les podiums

Les défilés de Viktor & Rolf sont toujours inventifs, souvent audacieux, tout comme leurs créations haute couture – auxquelles les créateurs se consacrent exclusivement depuis 2014, année où ils ont abandonné le prêt-à-porter.

Pour nous, tout est à propos de l’émotion. En fin de compte, notre travail s’apparente à une autobiographie. Des fois, nous nous sentons plus déprimés, ou frustrés… Nous pouvons utiliser notre créativité alors pour créer de la beauté à partir de ces sentiments.

Rolf Snoeren

Une frustration ? Le rythme rapide et souvent essoufflant auquel est soumise l’industrie de la mode. « Une année, nous n’avions juste pas envie de créer, ajoute ce dernier. Le seul mot qui nous venait, chaque fois qu’on voulait s’y mettre, c’est “non”. À un certain moment, nous avons tout simplement décidé d’incorporer ce mot dans nos pièces. Et la saison suivante, c’est un peu comme si on repartait à neuf. » Ou quand la création devient cathartique, finalement.

Ce qui importe au duo, plus que tout, c’est de rester créatif et original, peu importe le projet. Si la haute couture demeure leur « grand amour », un laboratoire d’exploration privilégié où les deux hommes se donnent l’espace pour laisser leur créativité s’exprimer en toute liberté, ils s’amusent également avec plusieurs petits projets parallèles : leur collection Mariage, consacrée aux robes de mariée, une toute nouvelle collection pour hommes, appelée Mister Mister, et même une ligne de sous-vêtements et vêtements d’intérieur entièrement compostables, fabriquée en Suisse en collaboration avec le groupe Calida.

L’aspect environnemental, très d’actualité, préoccupe d’ailleurs les designers. « On aime parler de “conscious design”, ce qui va au-delà du simple aspect environnemental. C’est l’idée de créer des pièces avec raison, avec intention, plutôt que de seulement produire. Par exemple, la dernière collection [intitulée Patchwork] que nous avons présentée n’était composée que d’échantillons de tissus que nous possédions, que nous avons amalgamés. Bien souvent, on peut créer plus, avec moins », conclut M. Snoren.

Consultez le site de Viktor & Rolf