La 19e édition du Festival Mode & Design (FMD) fait place plus que jamais aux autres formes d’art, avec des collaborations entre designers et artistes, des «dance battles» et des clôtures de soirée musicales. Survol.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Dévoilée lundi, la programmation de cette 19e édition, qui se déroulera du 19 au 24 août dans le Quartier des spectacles, mise sur la diversité et les rencontres. Le volet extérieur, sur la passerelle érigée place des Festivals, propose quatre soirées bien remplies, du 21 au 24  août.

La mode occupe toujours, bien sûr, une place de choix, mais «il y a quelque chose d’organique qui s’installe, un équilibre entre la mode, la musique et la danse», constate Chantal Durivage du Groupe Sensation Mode, organisateur de cet événement qui désire mettre de l’avant «l’expression identitaire» sous toutes ses formes.

Le volet danse, introduit l’an dernier, a cartonné lors de la précédente édition. Prenant la forme de «battles», selon l’expression consacrée dans le milieu, le volet danse sera présenté sur la scène extérieure, tous les jours, en début de soirée. Le FMD s’attend à accueillir une centaine de danseurs qui se mesureront les uns aux autres dans des styles comme le locking, le house et le hip-hop.

La danse offrira aussi un mariage inédit avec la mode, alors que les danseurs des Ballets jazz de Montréal (BJM) défileront sur la scène du FMD, habillés par la marque Sarah Pacini et «stylisés» par le créateur québécois Philippe Dubuc, en collaboration avec Danse Danse. Un événement mixte qui permettra de mettre en valeur, par le mouvement, les coupes et les matières des vêtements, tout en donnant un avant-goût de la prochaine création des BJM, à venir cet automne.

À la mode de chez nous

Fidèle à son habitude, la programmation extérieure du FMD propose au public de découvrir des détaillants et des enseignes majoritairement d’ici comme Bikini Village, Alton Gray et Robert Atelier, ainsi que des créateurs indépendants, dont Eve Gravel, Pedram Karimi, l’artiste multidisciplinaire Pony et le créateur de streetwear Guillaum Chaigne, pour qui Mme  Durivage dit avoir eu un «énorme coup de cœur» l’an dernier.

Plusieurs événements spéciaux sont aussi au programme; ainsi, les jumelles Josiane et Carolane Stratis collaboreront avec le designer Xavier Laruelle pour leur projet Incluses, lancé l’an dernier au FMD, et qui propose des modèles faits ici destinés aux grandes tailles. La boutique Vincent d’Amérique collaborera avec nul autre que Georges St-Pierre pour son défilé «Taillé pour le mouvement».

Les finissants des écoles de mode du Cégep Marie-Victorin et du Collège LaSalle seront aussi en vedette. Le FMD s’est d’ailleurs occupé de la direction artistique du défilé du Collège LaSalle, avec la collaboration de huit danseurs, de l’acteur David Strasbourg et de Dave St-Pierre, pour un show conceptuel à ne pas manquer.

Le seconde main sera aussi à l’honneur, avec le retour du défilé Reluxe, organisé par la Fondation Le Chaînon, où défileront des personnalités connues vêtues de vêtements et d’accessoires de luxe d’occasion. De son côté, le populaire styliste Cary Tauben a parcouru de nombreux magasins Village des Valeurs de la province pour créer un défilé qui s’annonce tout aussi extravagant que le personnage.

Côté musical, le groupe torontois d’artistes indigènes Stoik, qui mélange techno «pow-wow» et esthétique futuriste, risque de faire sensation en ouverture, le 21. Aussi au programme: la rapeuse Sarahmée et, en clôture du festival, le DJ Poirier.

Déjà annoncé, le volet Conférences (les 19 et 20 août) vient d’ajouter deux événements à sa programmation, soit une entretien avec Christophe de Lataillade, directeur de création pour Thierry Mugler, et «De l’idéation aux costumes à la scène», qui réunira le metteur en scène Michel Laprise et les concepteurs de costumes Nicolas Vaudelet et Mylène Bouthillette, du Cirque du Soleil.

> Consultez la programmation complète