Non, vous n’avez pas la berlue. C’est bel et bien un troupeau de moutons que vous apercevez au loin. Le Repaire de Biquette est installé dans le parc Maisonneuve jusqu’au 2 septembre, avec pour mission de tisser des liens entre les Montréalais et la nature. Démarré tranquillement en juin, l’espace collaboratif sera lancé officiellement ce samedi, de 13 h à 16 h, avec accordéon, atelier sur la laine, présentation de la famille cornue et yoga pour tous. 

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le Repaire de Biquette, au parc Maisonneuve

Biquette est un projet d’écopâturage, de tonte et d’entretien de gazon sans engrais chimiques, sans pollution sonore, sans compactage des sols. « Le simple fait de laisser des moutons et des chèvres brouter librement dans le parc augmente l’activité microbienne dans le sol et améliore la biodiversité des lieux », explique Joëlle Boily, l’une des deux conceptrices du projet. N’ayez donc pas peur de l’occasionnelle petite « truffe » de mouton, elles font partie du grand cycle de la vie !

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Joëlle Boily et Marie-Ève Julien-Denis, conceptrices du Repaire de Biquette

Joëlle Boily et Marie-Ève Julien-Denis sont les deux conceptrices de Biquette et elles gèrent le projet au quotidien. Les moutons et les chèvres habitent à la ferme de Marie-Ève Julien-Denis, dans les Laurentides, lorsqu’ils ne sont pas dans le parc Maisonneuve. Un deuxième troupeau de sept moutons se trouve au Jardin botanique de Montréal, à des fins de recherche sur l’écopâturage, surtout.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La bergère Annie Cloutier (à droite)

Le Repaire n’est pas un zoo urbain ni une ferme pédagogique, même si on y apprend une foule de choses. On peut tout de même s’approcher des animaux qui se promènent librement dans le parc de 10 h à 17 h 30, tous les jours, mais mieux vaut attendre les instructions des bergers urbains comme Annie Cloutier, qui les accompagne en tout temps.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le berger Thierry Pardo

L’appel de bénévoles a été très fructueux encore cette année (c’est la quatrième année des biquettes en ville, après le projet pilote du parc du Pélican, une présence au parc Beaubien et d’autres itinérances). Thierry Pardo, qui en était à son premier jour de bénévolat hier, a le look de l’emploi !

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le Repaire de Biquette, au parc Maisonneuve

Accessoirement, Biquette est aussi devenu un projet de zoothérapie et un espace de liberté incroyable. Tellement incroyable, en fait, que beaucoup de gens n’en reviennent tout simplement pas et s’arrêtent, médusés. Il est rare que l’enchantement ne suive pas.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Un damier de couvre-sol vise à inspirer les visiteurs à être plus créatifs avec les variétés qu’ils plantent devant ou derrière la maison.

Au Repaire, il y a aussi des poules, des ruches, des plantes variées et ce damier de couvre-sol, qui vise à inspirer les visiteurs à être plus créatifs avec les variétés qu’ils plantent devant ou derrière la maison. « Il n’y a pas que le gazon qui pousse bien pour recouvrir un parterre », rappelle Marie-Ève Julien-Denis, cofondatrice de Biquette. Le thym et le trèfle, par exemple, sont beaucoup plus efficaces que le tapis gazon (!) contre les îlots de chaleur.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le Repaire de Biquette, au parc Maisonneuve

Tous les samedis, à 11 h, des ateliers sur différents thèmes — comme l’élevage de poules en ville — se tiennent au Repaire. Il y a également un cours de « yoga Biquette » tous les mardis soir, de 17 h 30 à 18 h 30.

Page Facebook du Repaire de Biquette