Après une édition qui a dû s’adapter au confinement et aux salles à manger fermées l’an dernier, le volet gastronomique du festival Montréal en lumière sera de retour « en présentiel » dans les restaurants pour une 23e édition dont la thématique s’articule autour de la nordicité.

Publié le 7 déc. 2021
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

« L’an dernier, ça n’allait pas bien ! Comment peut-on faire un festival de gastronomie sans aller au restaurant ? La réponse, on l’a trouvée dans la débrouillardise ; non pas de réinventer, mais d’inventer des façons d’acheminer la créativité gastronomique dans des boîtes, dans des sacs, le fameux takeout. »

C’est en ces mots que le directeur général de Montréal en lumière, Jacques Primeau, est revenu sur l’édition singulière qu’a connue le festival l’an dernier, lors de la conférence de presse qui s’est déroulée mardi et annonçait les couleurs du volet gastronomique de la prochaine édition, qui se déroulera du 17 au 23 février.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Jacques Primeau, directeur général de Montréal en lumière

En 2022, s’est-il réjoui, les festivaliers pourront retrouver le plaisir de la table, et celui de se réunir pour déguster la gastronomie d’ici. L’objectif de Montréal en lumière est toujours de dynamiser la saison hivernale avec un évènement d’envergure internationale « afin de consolider le positionnement de Montréal comme métropole culturelle, gastronomique et festive », a ajouté le directeur général, conviant les gens de toute la province à converger vers la métropole. « Cette année, Montréal vous reçoit ! »

Nordicité et gastronomie autochtone à l’honneur

Cette 23édition de Montréal en lumière remet de l’avant des concepts éprouvés. Les Bonnes Tables Air France sont évidemment de retour. Les 35 établissements participants proposeront des menus exclusifs qui se déploieront autour de la thématique « Savourer notre nordicité ».

Parmi ces tables, plusieurs habitués du festival, dont le Restaurant de l’ITHQ (qui en sera à sa 20participation), l’Auberge Saint-Gabriel, État-Major, Ikanos et La Chronique, mais aussi nombre de nouveaux participants, dont certains ayant ouvert leurs portes durant la pandémie : Bivouac, H3, Mastard, Mon Lapin, La Sobremesa, Kamuy, entre autres.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Au Marcus, le chef Jason Morris accueillera le chef danois Bo Bech.

Certains restaurants accueilleront en leurs murs des invités – une vingtaine au total, des chefs, vignerons et producteurs d’ici et d’ailleurs – pour des jumelages en cuisine. On compte notamment le chef étoilé Michelin Julien Royer du restaurant Odette, à Singapour, qui se joindra à la brigade du Monarque. De son côté, Simon Mathys accueillera le chef pâtissier Rémy Havetz, du restaurant La Bijouterie, à Lyon, ainsi que le chef étoilé Andy Doubrava, du Rustic Canyon, situé à Santa Monica, en Californie. Au restaurant Marcus, le chef Jason Morris cuisinera avec la « star de la cuisine nordique », le chef danois Bo Bech, s’est enthousiasmée Julie Martel, responsable de la programmation gastronomique pour Montréal en lumière.

Pour la première fois de son histoire, Montréal en lumière réserve une place de choix à la gastronomie autochtone, en invitant huit chefs issus des Premières Nations (Lysanne O’Bomsawin, Rich Francis, Norma Condo, Maxime Lizotte et Joseph Shawana, entre autres) ainsi que le domaine viticole de la Colombie-Britannique Nk’Mip à venir cuisiner aux côtés de chefs montréalais, dont Normand Laprise (Beau Mont), Jean-Sébastien Giguère (H3) et Paul Toussaint (Kamuy). Martin Gagné, chef du Parlementaire à Québec, et Carl Jobin, au Restaurant de l’ITHQ, mitonneront un menu inspiré des saveurs de six Premières Nations.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Le chef Simon Mathys

Lancé l’an dernier, le volet Couette et Gastronomie a connu un vif succès, et sera de retour en février. Les festivaliers pourront à nouveau réserver dans une dizaine d’hôtels montréalais (Hôtel Marriott Château Champlain, Boxotel, Auberge du Vieux-Port…) avec, à la carte, une expérience gastronomique en chambre ou dans le restaurant de l’hôtel.

Aussi de retour : les Circuits Gourmands proposés par Tastet, avec des itinéraires thématiques (France, Italie, saké, Japon…), ainsi que le Quartier gourmand, en collaboration avec la Place des Arts, dont la programmation sera dévoilée ultérieurement.

Nouveauté intrigante en association avec le festival japonais Yatai MTL, l’activité Du film à la table avec le Studio Ghibli proposera des projections de six films du célèbre studio japonais au Cinéma du Parc, alors qu’une dizaine de restaurants japonais de la métropole mettront à leur menu un plat emblématique tiré d’un des longs métrages.

Il est possible de réserver dès maintenant ses places par l’entremise du site web de Montréal en lumière.

Consultez le site de Montréal en lumière