Quitter son poste de reporter à Montréal et s’installer loin des sentiers battus pour se consacrer à la couverture des enjeux autochtones ? C’est la décision audacieuse prise par Christopher Curtis, journaliste au quotidien Montreal Gazette depuis 2011. Avec le journal multiplateforme Ricochet, il ose le pari du sociofinancement et s’installera à Val-d’Or pour donner une voix aux communautés autochtones au quotidien.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

De bien des façons, Christopher Curtis ne rentre pas dans le moule du reporter traditionnel. D’abord, il y a son parcours. Travailleur dans la construction jusqu’à l’âge de 25 ans, rien ne le prédestinait au journalisme. Il a même abandonné ses études à Concordia et à McGill. « J’ai foutu bien des choses en l’air dans ma vie », dit-il.

Ensuite, il y a sa franchise désarmante, son sens de l’humour et sa propension à ne rien faire comme les autres.

« Pendant la campagne électorale en 2018 à Carleton-sur-Mer, j’ai couvert une conférence de presse de Jean-François Lisée pieds nus. Il faisait beau, je marchais près de l’eau et je n’ai pas vu le temps passer », raconte-t-il.

Ce n’était pas un safe move de m’embaucher. Je me suis dit que je n’avais pas ma place dans une salle de rédaction et que je devais profiter de cette occasion jusqu’à ce que mes patrons se rendent compte de leur erreur.

Christopher Curtis

Pendant la pandémie, une remise en question s’impose chez le journaliste reconnu pour son travail de terrain : il prend de moins en moins de risques et de temps pour aller chercher la nouvelle. Mais pour faire partager des récits humains et faire enquête, il faut du temps. « C’est devenu de moins en moins possible. Je veux retourner au journalisme de mes débuts », explique-t-il à La Presse.

L’idée de s’associer à Ricochet mijote donc depuis quelques mois. Au coût mensuel de 10 $, les lecteurs auront accès aux écrits de Christopher Curtis par l’entremise d’une infolettre hebdomadaire, offerte dès le 11 septembre. Il s’installera d’abord à Val-d’Or une semaine sur deux, où il passera le plus clair de son temps à couvrir les enjeux des Premières Nations. Doté d’un fonds destiné aux enjeux autochtones au Canada, Ricochet est un journal indépendant multiplateforme structuré en OBNL.

Plume sensible

Depuis ses débuts à la Gazette, en 2011, Christopher Curtis s’est fait connaître comme un reporter fougueux à la plume sensible plus porté à parler au grand public qu’aux politiciens. C’est d’ailleurs ce travail hors des sentiers battus qui lui a valu d’être récompensé par l’Association canadienne des journalistes pour sa couverture médiatique des enjeux autochtones.

Les communautés autochtones se retrouvent souvent dans l’angle mort de la presse écrite, souligne le journaliste. « On ne doit pas seulement être là quand il se passe quelque chose de tragique. Ces communautés méritent une couverture quotidienne, une plateforme qui les montre sous un jour authentique. » Si les médias font état des vagues de suicides ou du blocus ferroviaire, ils doivent aussi parler des jeunes autochtones qui réussissent, pense-t-il.

Les salles de rédaction n’ont pas assez de moyens pour envoyer un journaliste vivre à Val-d’Or pendant six mois, fait-il remarquer. « Ce n’est pas la faute des patrons. Pour survivre, il faut avoir du trafic sur le web, il faut sortir plusieurs nouvelles par jour. On a de moins en moins les ressources pour des dossiers plus fouillés ou des sujets qui ne sont pas collés à l’actualité. »

Difficile toutefois de quitter un journal qui a cru en lui. « J’aurais voulu mourir à mon pupitre. Mais je ne peux pas demander à la Gazette de me laisser partir six mois ou un an à Val-d’Or. Ce serait égoïste. Ça mettrait de la pression sur mes collègues. »

C’est donc l’aventure dans laquelle se lance Christopher Curtis. Et si le modèle du sociofinancement s’effondre ? Si les abonnements ne sont pas au rendez-vous ? « Je vais continuer jusqu’à être à court d’argent. Je vais dormir dans mon char, s’il le faut. Et au pire, je retournerai travailler en construction. »

> Consultez le site de Ricochet qui parle du projet de Christopher Curtis