À défaut du traditionnel bal, les finissants du Collège Durocher Saint-Lambert se sont réunis au ciné-parc Saint-Eustache, jeudi soir, sous une douce brise d’été. C’était l’occasion de recevoir leur attestation de fin d’études, de regarder une projection pleine de surprises, mais surtout de se dire au revoir.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

David Boily David Boily
La Presse

Un dernier au revoir au ciné-parc Saint-Eustache

  • À l’entrée du ciné-parc, vers 19 h 30, les voitures faisaient la file. Chaque finissant était accueilli par une haie d’honneur d’enseignants, de membres du personnel de soutien et de membres de la direction. « L’idée, c’est d’avoir un contact avec chaque élève, a dit l’enseignante Nadine Belzile, une pile de mortiers dans les bras. On ne les a pas vus depuis le 12 mars ! » La finissante Emily Quevedo (notre photo) a reçu avec bonheur sa précieuse toque.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    À l’entrée du ciné-parc, vers 19 h 30, les voitures faisaient la file. Chaque finissant était accueilli par une haie d’honneur d’enseignants, de membres du personnel de soutien et de membres de la direction. « L’idée, c’est d’avoir un contact avec chaque élève, a dit l’enseignante Nadine Belzile, une pile de mortiers dans les bras. On ne les a pas vus depuis le 12 mars ! » La finissante Emily Quevedo (notre photo) a reçu avec bonheur sa précieuse toque.

  • Les familles ont accompagné les finissants à cette soirée toute spéciale. Olga Nossova a étreint sa fille Viktoriya, qui avait revêtu pour l’occasion une jolie robe rouge. « C’est difficile de réaliser que le temps de l’école est terminé, a dit Olga, qui se souvient du premier jour de secondaire de sa fille comme si c’était hier. Je me retiens de pleurer. »

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Les familles ont accompagné les finissants à cette soirée toute spéciale. Olga Nossova a étreint sa fille Viktoriya, qui avait revêtu pour l’occasion une jolie robe rouge. « C’est difficile de réaliser que le temps de l’école est terminé, a dit Olga, qui se souvient du premier jour de secondaire de sa fille comme si c’était hier. Je me retiens de pleurer. »

  • Au cours d’un remue-méninges, les élèves ont proposé de décorer la voiture de leurs parents. Certains avaient tapissé leur auto de portraits du finissants, d’autres ont opté pour des ballons. Daniela Martinez, qui est venue avec ses parents et sa petite sœur de 6 ans, a choisi les Post-it. « La condition, c’est que c’est moi qui les enlève après », a-t-elle dit en rigolant. Daniela était fière de son école, jeudi soir. « On s’est vraiment bien débrouillés malgré la pandémie », a-t-elle dit.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Au cours d’un remue-méninges, les élèves ont proposé de décorer la voiture de leurs parents. Certains avaient tapissé leur auto de portraits du finissants, d’autres ont opté pour des ballons. Daniela Martinez, qui est venue avec ses parents et sa petite sœur de 6 ans, a choisi les Post-it. « La condition, c’est que c’est moi qui les enlève après », a-t-elle dit en rigolant. Daniela était fière de son école, jeudi soir. « On s’est vraiment bien débrouillés malgré la pandémie », a-t-elle dit.

  • Parmi les finissants, il y avait Mateo Corrales, dont les parents étaient particulièrement fiers hier soir. En août 2018, le jeune homme a subi une violente décharge électrique dans une usine désaffectée qui lui a laissé d’importantes blessures. La Presse avait raconté son histoire. En septembre 2019, il a pu réintégrer l’école. « C’est un soulagement, a-t-il confié. Je tenais à graduer avec mes amis. » « Je suis fier de toi », lui a dit son grand ami Pierre-Alexandre Lambert. Mateo Corrales a été nommé personnalité masculine de l’année jeudi soir.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Parmi les finissants, il y avait Mateo Corrales, dont les parents étaient particulièrement fiers hier soir. En août 2018, le jeune homme a subi une violente décharge électrique dans une usine désaffectée qui lui a laissé d’importantes blessures. La Presse avait raconté son histoire. En septembre 2019, il a pu réintégrer l’école. « C’est un soulagement, a-t-il confié. Je tenais à graduer avec mes amis. » « Je suis fier de toi », lui a dit son grand ami Pierre-Alexandre Lambert. Mateo Corrales a été nommé personnalité masculine de l’année jeudi soir.

  • Sarah Saurel, Chloé St-Hilaire, Norah Acloque et Nisrine Bajji se sont retrouvées pour la première fois depuis mars. Les quatre filles riaient ensemble à côté des voitures décorées, mettant de côté les règles de distanciation le temps d’un cliché. Ça a été difficile de vous séparer si subitement et pour si longtemps ? Oui, ont-elles dit à l’unisson. « Ne plus les voir dans les couloirs… Oh mon Dieu ! », a résumé Sarah. Les filles iront à trois cégeps différents l’an prochain. « Parler de cégep, ça me rend triste », a confié Sarah.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Sarah Saurel, Chloé St-Hilaire, Norah Acloque et Nisrine Bajji se sont retrouvées pour la première fois depuis mars. Les quatre filles riaient ensemble à côté des voitures décorées, mettant de côté les règles de distanciation le temps d’un cliché. Ça a été difficile de vous séparer si subitement et pour si longtemps ? Oui, ont-elles dit à l’unisson. « Ne plus les voir dans les couloirs… Oh mon Dieu ! », a résumé Sarah. Les filles iront à trois cégeps différents l’an prochain. « Parler de cégep, ça me rend triste », a confié Sarah.

  • Vers 21 h, quand les dernières lueurs du soleil étaient sur le point de disparaître, la projection a pu débuter. Les parents d’un élève de l’école, tous deux producteurs et réalisateurs, se sont portés volontaires pour scénariser la vidéo. « On s’est plongés là-dedans à fond », a résumé Dominique Veillet, qui trouve honorable la volonté du collège d’organiser une telle soirée.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Vers 21 h, quand les dernières lueurs du soleil étaient sur le point de disparaître, la projection a pu débuter. Les parents d’un élève de l’école, tous deux producteurs et réalisateurs, se sont portés volontaires pour scénariser la vidéo. « On s’est plongés là-dedans à fond », a résumé Dominique Veillet, qui trouve honorable la volonté du collège d’organiser une telle soirée.

  • Les élèves ont eu droit, donc, à un film de qualité. On y a vu des enseignants surprendre les élèves lauréats de prix chez eux, des prestations de finissants, mais aussi des messages préenregistrés d’une vingtaine de personnalités publiques, dont Cœur de pirate, Maripier Morin et Julien Lacroix. L’enseignant Yan Rompré (sur notre photo, accompagné du directeur général Francis Roy) animait la soirée en direct du toit du casse-croûte du ciné-parc. « C’est même plus intéressant que la graduation de mon grand frère », a dit Mia Balthazard, en regardant le film de la voiture de ses parents. Dans l’auto, tout le monde a ri.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Les élèves ont eu droit, donc, à un film de qualité. On y a vu des enseignants surprendre les élèves lauréats de prix chez eux, des prestations de finissants, mais aussi des messages préenregistrés d’une vingtaine de personnalités publiques, dont Cœur de pirate, Maripier Morin et Julien Lacroix. L’enseignant Yan Rompré (sur notre photo, accompagné du directeur général Francis Roy) animait la soirée en direct du toit du casse-croûte du ciné-parc. « C’est même plus intéressant que la graduation de mon grand frère », a dit Mia Balthazard, en regardant le film de la voiture de ses parents. Dans l’auto, tout le monde a ri.

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •