Jeudi prochain, des milliers de petits monstres prendront d’assaut les rues à la recherche de bonbons. Pour l’occasion, bon nombre de maisons, rues et quartiers seront décorés de squelettes, sorcières et cercueils pour effrayer tout le monde. Or, en ville comme en banlieue, les maisons abandonnées n’ont souvent besoin d’aucune décoration pour donner des frissons dans le dos.

Martin Tremblay
Martin Tremblay La Presse

À l’approche de l’Halloween, nous avons donné au photojournaliste Martin Tremblay la mission de photographier des maisons abandonnées dans le Grand Montréal. Il s’est lancé, par une nuit pluvieuse à la recherche de bâtiments laissés à eux-mêmes. Certains se sont même avérés épeurants, comme cette maison remplie d’ombre qui l’attendait au bout d’un chemin fermé de Brossard. Muni d’un trépied, il a fait les photos avec de longues expositions, utilisant ainsi la lumière ambiante plutôt que son flash.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

De l’autre côté de la rue Saint-Dominique, cet ancien garage est aussi recouvert de graffitis

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Située au milieu d’un champ de Brossard, cette maison est abandonnée depuis de nombreuses années. Le chemin qui y mène est même fermé à la circulation.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Au milieu des tours de condos toujours plus nombreuses du secteur, cette maison de la rue Saint-Antoine est fréquentée par des squatters.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Cette maison de brique se trouve tout près. En bien mauvais état, elle est aussi occupée par des squatters.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Ce local est voisin de celui du restaurant Nora Gray, près du Centre Bell, dans le centre-ville. Il va sans dire qu’il est beaucoup moins invitant.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

En plein centre-ville, ce bâtiment est resté des années à l’abandon. Or, depuis peu, des rénovations ont été entreprises pour le réhabiliter.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Ce bâtiment d’un secteur peu fréquenté du Vieux-Montréal semble sur le point de s’effondrer.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Pour réaliser ses photos, Martin Tremblay a voulu exploiter la faible lumière ambiante grâce à de longues expositions. Les phares d’une voiture font apparaître ici sa silhouette sur un mur.