Ils vécurent heureux et soupèrent tous les soirs ensemble. À quand cette phrase à la fin des contes pour enfants ?

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

L’Université de Lincoln, en Angleterre, vient de publier une étude qui établit un lien entre le bonheur conjugal et la propension des couples à s’attabler ensemble pour le souper. Qu’ils soient mariés, unis civilement ou conjoints de fait, ils se déclarent généralement plus heureux (+ 15 points de pourcentage) s’ils soupent au moins huit fois sur dix ensemble que ceux qui sont les moins assidus.

La science avait déjà établi l’importance des repas pris en famille sur la santé des enfants, la voilà qui offre quelques arguments en sa faveur pour les adultes aussi.

Cela dit, les chercheurs se retiennent bien de conclure que c’est le fait de manger ensemble qui rend le couple heureux ; c’est peut-être aussi parce qu’ils sont heureux qu’ils mangent ensemble.

Les conclusions de l’étude sont basées sur les données recueillies auprès de 7000 personnes dans 4600 foyers interrogées en 2014-2015 au Royaume-Uni.