La Thaïlande envoie dans l'espace un fruit interdit dans les avions

Un vendeur de durians, en Thaïlande.... (Romeo GACAD, AFP)

Agrandir

Un vendeur de durians, en Thaïlande.

Romeo GACAD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BANGKOK

La Thaïlande s'apprête à envoyer dans l'espace un durian, fruit interdit dans les ascenseurs et les avions à cause de son odeur tenace, proche de celle du fromage.

« À l'avenir, nous aimerions que les astronautes puissent manger de la nourriture thaïe », a expliqué vendredi à l'AFP un porte-parole de l'Agence spatiale thaïlandaise.

Les panneaux d'interdiction de ce fruit à l'écorce verte surmontée de sortes d'écailles sont partout en Thaïlande : transports en commun, ascenseurs, hôtels, avions. Le choix du durian pour un espace confiné comme une station ou une navette spatiale peut donc surprendre...

L'Agence spatiale assure avoir choisi ce fruit à la chair jaune grasse, très populaire en Thaïlande, car c'est « le roi des fruits ». « Nous voulons voir s'il y a des changements physiques à son retour sur terre », a ajouté le porte-parole.

Les Thaïlandais, comme les Chinois ou les Vietnamiens, en raffolent - et son odeur caractéristique de fromage embaume parfois les rues de Bangkok, où l'on peut acheter des tranches de durian fraîchement coupé à des vendeurs ambulants.

L'expérience de l'Agence spatiale est prévue d'ici à juillet dans le cadre d'une recherche sur l'alimentation du futur dans l'espace. « Cette recherche vise à explorer le potentiel de la gastronomie thaïlandaise comme nourriture de l'espace », explique l'agence spatiale dans un communiqué.

Le durian, séché, sera conditionné sous vide et sous atmosphère normale, dans une boîte de métal comportant aussi du riz - et ne restera que cinq minutes dans l'espace après son lancement, a priori par une fusée aux États-Unis selon l'Agence thaïlandaise.

En 2008, la première spationaute sud-coréenne Yi So-Yeon à se rendre à bord de la Station spatiale internationale (ISS) avait apporté du « kimchi », plat coréen de piment et légumes fermentés, objet d'études lui aussi sur sa compatibilité avec la gastronomie de l'espace.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer