À travers leurs mots ou ceux des autres, ils et elles se racontent. Une incursion dans l’histoire intime de personnalités inspirantes.

Nathalie Collard Nathalie Collard
La Presse

Une femme déterminée

Liza Frulla a défoncé plusieurs portes dans sa vie. Première journaliste à entrer dans le vestiaire au hockey, patronne dans une brasserie et une station de radio, la jeune femme d’origine italienne n’avait pas froid aux yeux. En politique, les gens qui l’ont côtoyée la décrivent comme une rassembleuse qui sait aller chercher des appuis pour mener à bien ses projets. Elle a aussi laissé sa marque dans les médias avant d’aller diriger l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). La journaliste Judith Lussier, qui nous raconte cette vie palpitante avec une plume vive, ne manque pas de souligner le traitement parfois macho qu’on a réservé à cette passionnée de la vie.

Liza Frulla : La passionaria, de Judith Lussier, chez Flammarion Québec, 304 pages.

Souvenirs réconfortants

PHOTO FOURNIE PAR LEMÉAC

La menthe et le cumin, de Pascale Navarro

L’essayiste féministe bien connue Pascale Navarro se raconte à travers les repas de famille qui ont forgé ses souvenirs. Des repas bigarrés, métissés, épicés, où les recettes de sa famille — entre autres des pieds-noirs d’Algérie — ont rassemblé autour d’une même tables famille adorée et amis. À travers les conversations animées et les effluves réconfortants, ce livre dégage surtout beaucoup, beaucoup d’amour.

La menthe et le cumin, de Pascale Navarro, chez Leméac, 104 pages.

Une fille comme ça…

PHOTO FOURNIE PAR LES ÉDITIONS LA PRESSE

Renée Claude : Donne-moi le temps, de Mario Girard

Depuis sa disparition, les hommages se multiplient pour souligner la grande chanteuse qu’était Renée Claude. Elle a marqué plusieurs générations avec sa voix sublime, sa grande beauté et son sens inné de l’interprétation. Le journaliste Mario Girard fait parler ceux et celles qui l’ont connue et nous raconte le parcours riche de cette femme qui a chanté les plus grands (Ferré, Brassens, DesRochers…).

Renée Claude : Donne-moi le temps, de Mario Girard, aux Éditions La Presse, 256 pages.

Le goût de revivre

PHOTO FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DU SOUS-SOL

Ce que je ne veux pas savoir, de Deborah Levy

Dramaturge, écrivaine, Deborah Levy est une femme brillante à la plume bien trempée. À l’aube de la cinquantaine, elle divorce et recommence sa vie à Londres avec ses deux filles. Elle qui avait toujours tenté de vivre ce qu’elle imaginait être la vie de famille parfaite apprend enfin à « lâcher prise ». Entourée d’amis — une galerie de personnages plus colorés les uns que les autres —, elle assume enfin sa vie de femme libre et d’écrivaine. Un superbe récit d’apprentissage, car au fond, il n’y a pas d’âge pour enfin devenir soi.

Ce que je ne veux pas savoir, de Deborah Levy, traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Céline Leroy, aux Éditions du sous-sol, 144 pages.

Une vie en livres

PHOTO FOURNIE PAR CARDINAL

Cœur vintage, d’Émilie Bibeau

Il y a plusieurs manières de se raconter. La comédienne Émilie Bibeau le fait à travers ses lectures et ses auteurs chouchous. Alors que sa vie sentimentale connaît des hauts et des bas, la narratrice se réfugie dans les livres et trouve du réconfort auprès de grandes plumes comme Dany Laferrière, André Malraux, Julian Barnes et même Sénèque, qu’elle nous fait découvrir sous un jour beaucoup plus drôle qu’on ne le soupçonnait. Avec finesse et intelligence, Émilie Bibeau nous propose avec générosité de puiser à même ses trésors littéraires. On la remercie.

Cœur vintage, d’Émilie Bibeau, chez Cardinal, 88 pages.

L’homme aux mille talents

PHOTO FOURNIE PAR LEMÉAC

René Richard Cyr : l’entremetteur en scène, d’André Ducharme

Quel parcours fascinant que celui de René Richard Cyr ! Avec son air d’éternel gamin, on oublie qu’il a plusieurs décennies d’expérience derrière la cravate. Mais vieillir ne signifie pas s’encroûter pour cet homme qui reste résolument près des jeunes, toujours en mouvement, toujours prêt à embarquer dans un nouveau projet et à sortir de sa zone de confort. Une vie inspirante qui, heureusement, est loin d’être terminée.

René Richard Cyr : l’entremetteur en scène, d’André Ducharme, chez Leméac, 327 pages.