Quatre ans après avoir transformé la cuisine de leur bungalow à Sainte-Julie, Stéphanie Otis et Sébastien Gasse étaient prêts à se lancer dans un autre projet: la modernisation de leur salle de bains, intacte depuis la construction de la maison, en 1989. Ils avaient plein d'idées en tête et le budget en poche...

Mis à jour le 27 sept. 2018
DANIELLE BONNEAU LA PRESSE

Le projet

Le couple a notamment consulté le site Houzz pour s'inspirer. Une même photo a plu aux deux, celle d'une salle de bains aux murs foncés, avec un revêtement de plancher rappelant le bois, qui se prolonge jusqu'au mur de la douche. Ce concept, mis de l'avant dès la première consultation avec la designer d'intérieur Sylvianne Bélanger, propriétaire de l'agence Miss Design!, a guidé les décisions prises par la suite: le choix de la céramique avec un effet de bois, qui couvre le sol, la base de la douche et se poursuit jusque sur le mur; la construction sur mesure du mobilier et des armoires, dotées de portes de mélamine d'une couleur assortie; la pose de céramique noire ainsi que l'application d'une peinture d'un noir mat sur des sections de murs.

Pour obtenir l'effet désiré, il fallait éliminer la baignoire-douche et la remplacer par une douche bordée d'une paroi de verre. «Prendre un bain, c'est plus pour relaxer, indique Sébastien Gasse. On avait déjà une baignoire confortable dans la salle de bains du sous-sol.»

Tout au long de la conception, la même idée directrice a été conservée.

«J'ai pu oser et les deux ont embarqué, fait remarquer la designer d'intérieur. C'est rare que les clients vont jusqu'au bout. Ils ont même décidé d'acheter une nouvelle sécheuse et une nouvelle laveuse de couleur foncée!»

Les travaux

Les travaux ont débuté comme prévu, le 11 juin. Ils devaient durer trois semaines... trois longues semaines où Stéphanie Otis, Sébastien Gasse et son fils de 17 ans ont dû se laver les cheveux dans la baignoire au sous-sol. Tout s'est déroulé à merveille jusqu'à ce qu'à la toute fin, le panneau de verre trempé de la douche soit livré.

«Ce fut toute une aventure, raconte M. Gasse. Il avait fallu attendre que la céramique du plancher soit posée pour prendre les mesures et avoir la bonne hauteur. Sauf que le panneau de verre, qui va jusqu'au plafond, était trop haut. C'est comme si la petite base de la douche n'avait pas été prise en compte. On était à la veille du congé de la construction. Sylvianne a bien essayé de faire bouger les choses, mais c'était peine perdue. Il a fallu patienter jusqu'au 13 août pour qu'un nouveau panneau soit installé.»

Entre-temps, la designer d'intérieur a proposé une solution de rechange. Elle a installé temporairement une tringle télescopique avec un rideau de douche.

«On était contents de reprendre nos habitudes et de prendre notre douche le matin, plutôt qu'un bain le soir», souligne M. Gasse.

Le bilan

Les propriétaires sont satisfaits d'avoir opté pour un service clés en main, incluant le service de design d'intérieur et l'exécution des travaux.

Beaucoup a été fait en amont, précise Sylvianne Bélanger, qui a consacré une vingtaine d'heures à la réalisation de rendus 3D et de plans techniques pour l'électricité, la plomberie, la menuiserie.

«On a eu notre premier rendez-vous trois ou quatre mois avant le début de la réno. Cela a permis de ne pas prendre de décision à la hâte».

«Le grand miroir, poursuit-elle, est devenu une armoire à pharmacie complète avec beaucoup d'espace de rangement. On s'est demandé derrière quel type de porte dissimuler les vieilles laveuse et sécheuse.»

Stéphanie Otis et Sébastien Gasse ont réglé la question en décidant d'acheter de nouveaux appareils. «On avait le budget pour le faire, précise M. Gasse. Elles sont à la vue et des armoires ont été installées au-dessus. On y met nos serviettes. Les bouteilles de détergent, auparavant sur une tablette, ne sont plus visibles.»

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le grand miroir d'abord projeté est devenu une spacieuse armoire à pharmacie. Elle a été faite sur mesure, ainsi que le meuble-lavabo, les armoires et le plan de travail au-dessus de la laveuse et de la sécheuse, flambant neuves.

Le couple, qui a songé à ses besoins à long terme, est heureux des décisions prises. «Si on avait pensé en fonction de la revente, on n'aurait pas mis un plancher chauffant partout ni un drain linéaire dans la douche, indique M. Gasse. On ne se serait pas cassé la tête pour rapetisser la fenêtre dans la douche, où de l'eau s'accumulait toujours. On s'est permis des bonis.»

Si c'était à refaire

«On ferait la même chose, croit Sébastien Gasse. Malgré la vitre, qui s'est fait attendre, cela a été une bonne expérience. Des gens ont des histoires d'horreur beaucoup plus complexes que cela. Et on a respecté notre budget, qui n'incluait pas au départ l'achat d'une laveuse et d'une sécheuse.» Il estime même que leur salle de bains est plus belle que celle qui leur a servi d'inspiration.

Le projet en chiffres

Durée des travaux: 3 semaines + 1 mois d'attente pour le panneau de verre trempé de la douche

Budget 

Projeté: 25 000 $ (n'incluant pas l'achat d'une laveuse et d'une sécheuse)

Final: 26 000 $ (incluant une laveuse et une sécheuse neuves)

Honoraires de la designer (inclus) 

10 % du coût final

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La fenêtre dans l'ancienne baignoire-douche posait problème. En la rapetissant pour ne conserver que la partie supérieure, de la lumière continue à entrer dans la pièce, mais il n'y a plus de risque d'infiltration d'eau.