La douche de plain-pied, celle qui se prolonge librement dans la salle de bains et qui nous évite de lever le pied, est farouchement cotée. Deux architectes nous livrent leurs trucs d'aménagement.

Mis à jour le 14 nov. 2011
Lucie Lavigne LA PRESSE

Parfois appelée douche à l'italienne, la douche de plain-pied se fond dans le décor d'une salle de bains, car son carrelage est identique à celui du sol de la pièce. Sorte de vestiaire-loft, elle est généralement sans porte et, surtout, dépourvue de seuil en saillie.

«L'absence de cloison ou de limites entre la douche, la baignoire et les toilettes accentue la fluidité de l'espace», note Alexandre Blouin, architecte associé à l'agence Blouin Tardif architecture-environnement.

Lors de la transformation d'un plex en cottage, à Montréal, ce dernier a réalisé une douche de plain-pied dans la salle de bains jouxtant la chambre des propriétaires. Pour ce faire, le sol a été légèrement surélevé afin de créer une pente douce qui achemine l'eau vers un caniveau surmonté d'une grille en acier inoxydable.

Bien sûr, une telle installation exige un minimum d'espace disponible. Elle peut également sembler coûteuse. Qu'en est-il au juste?

«L'une des formules les plus abordables demeure l'installation d'une petite cabine de douche conventionnelle avec receveur préfabriqué, rappelle l'architecte. Mais l'aménagement d'une douche de plain-pied n'est pas plus laborieux à réaliser pour un carreleur qu'une douche traditionnelle sur mesure qui, elle, exige habituellement l'achat d'une porte vitrée, ainsi que la conception d'un seuil et la construction d'un plancher à plusieurs pentes.»

La principale différence réside dans la modification de la structure du plancher. Dans ce cas-ci, il devait être rénové de toute façon, précise le concepteur. Quant au coût du caniveau utilisé, il était d'environ 500$.

Astuce: des crochets pour les serviettes ont été posés à proximité de la zone «douche», ce qui rend le lieu encore plus fonctionnel.

Une oasis chez soi

Lors d'une rénovation majeure effectuée dans une propriété de trois étages, à Montréal, les architectes de l'agence Corriveau, Girard et associés ont conçu une salle d'eau de plain-pied. Véritable oasis située tout à côté de la chambre principale, elle permet aux propriétaires de s'y doucher confortablement sans craindre d'éclabousser le sol ou les murs, car les deux, très étanches, sont habillés d'ardoise. Quant aux toilettes, elles sont dissimulées dans un cabinet attenant.

«Nous avons réalisé la pente de drainage à même l'épaisseur des solives, détaille Sylvie Girard, architecte associée. Ensuite, une membrane d'étanchéité a été appliquée sur le contreplaqué et deux pentes ont été créées afin de faire ruisseler l'eau vers le drain, situé à l'encoignure de la douche.»

Bonne idée: un éclairage chauffant a été intégré au plafond afin de rehausser le confort des utilisateurs. Sans compter qu'une niche parcourt les deux murs et permet de ranger savons et flacons.

Photo forunie par Steve Montpetit

Un ventilateur ( non visible sur la photo) efficace évite une accumulation trop importante d'humidité dans cette douche de plain-pied, conçue par Blouin Tardif architecture-environnement.