Source ID:; App Source:

Une demeure où la lumière est reine

Une vue en plongée du salon à partir... (Photo Le Soleil)

Agrandir

Une vue en plongée du salon à partir de la mezzanine.

Photo Le Soleil

La salle à manger est lumineuse et aérée.... (Photo Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

La salle à manger est lumineuse et aérée.

Photo Le Soleil

Dans cette maison entièrement rénovée et meublée à neuf de la cave au grenier, le bois et la lumière se sont ligués contre la froideur d'un décor contemporain un peu désincarné. Et ils ont gagné!

Le couple qui en est propriétaire depuis mai habitait une maison victorienne. Madame avait toujours souhaité tout balancer et redécorer rien qu'avec du neuf. Elle a réalisé son rêve dans cette résidence de Cap-Rouge perchée sur la falaise et dotée d'un panorama qui défie toute description.

 «On cherchait une maison avec une vue sur le fleuve, raconte-t-elle. Quand on a lu l'annonce qui mentionnait la rue Saint-Félix, on n'y a pas fait attention, parce qu'on craignait que ça ressemble à un boulevard.» Mais voilà qu'ils découvrent «le spot», au bout d'un chemin privé, tout au bord du cap, avec un voisin des plus discrets: le Saint-Laurent. Ils allaient vite constater que l'amour, c'est de l'ouvrage. Leur «coup de foudre» s'est mué en un chantier de trois mois, au cours desquels ils ont créché dans un chalet et ont expédié leur fille chez son amoureux.

 Les designers Nathalie Perron et Chantal Lachance ont pris la situation en main en s'attaquant d'abord à l'escalier. «L'idée, c'était de lui donner un style international, plus aérien, comme dans certaines maisons cubiques des bords de mer», a résumé Mme Perron. Les deux femmes l'ont paré d'inox. Elles ont ensuite appliqué des couleurs très douces sur tous les murs, pour que s'y répercute la lumière naturelle, qui pénètre dans toute la demeure par un pan de fenêtres superposées, orientées plein sud. «Je n'ai pas une maison à rideaux», commente la proprio. Et comment!

 Chaleur bienvenue

Les murs étaient en partie recouverts de parements d'érable brun foncé. Les deux designers ont donc agencé le plancher à ces éléments du décor, qui distillent une chaleur bienvenue dans cet intérieur rigoureusement pensé. Les meubles, les lampes, les cadres et les accessoires, en effet, viennent tous du même magasin, Signature Maurice Tanguay. La cohérence est remarquable. La ligne est mince entre une «maison modèle» et un foyer habité et vivant. Mais grâce à la lumière et aux boiseries, on a envie de prendre une longue pause entre ces murs. C'est bon signe. À l'étage, un corridor construit en mezzanine relie les deux chambres. Il surplombe le vestibule et le salon au toit cathédrale dont le plafond est enrichi d'un caisson en érable pas piqué des vers. De là-haut, la vue est belle aussi.

La chambre principale, tout de beige et de bois foncé, est dotée de larges fenêtres. Le ciel et le fleuve saluent les propriétaires dès le réveil. En fait, ce paysage fait partie intégrante de cette maison, dont il a influencé tout le design.

 Verrière magique

Une verrière, c'est magique. Mais quand on y «meurt de chaleur», ça devient tragique. Des toiles s'imposent, mais pas n'importe lesquelles. L'entreprise Dastex a créé un modèle avec du bois tissé qui absorbe et retient la chaleur. «Elles ressemblent à des voiles de bateau», se réjouit la propriétaire, qui voit une connexion avec le Saint-Laurent devant ses fenêtres.

Cette verrière, immense, posait un défi aux concepteurs de Dastex: la dénivellation du toit, lui aussi amplement fenestré et grand diffuseur de chaleur. Ils ont fait des tests pendant trois semaines dans leur usine du boulevard Charest et ils sont arrivés à mettre au point un système de toiles à plis romains. Cachés par les toiles, les rails sont invisibles.

 Faites d'un mélange de bambou et de rotin tissés, ces toiles ont été teintes pour s'assortir aux boiseries sombres. Dans cette pièce orientée plein sud, «les toiles solaires ordinaires ne faisaient pas la job», explique Samuel Langlois, un conseiller de cette entreprise québécoise fondée et dirigée par son père, Pierre.

Le jeune homme se souvient de la chaleur qui accablait les ouvriers lorsqu'ils installaient les toiles sous le soleil estival. Aujourd'hui, la famille peut jouir de sa verrière sans la contrainte du soleil, tout en se gavant de la majesté du paysage.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer