Marianne Plaisance a grandi en regardant l’émission de décoration pour adolescents Méchant changement. Quand la maison de production Zone 3 l’a contactée pour donner vie à un concept similaire, sa réponse a été : « Oh, mon Dieu ! Oui ! » Rencontre haute en couleur.

Publié le 23 avril
Véronique Larocque
Véronique Larocque La Presse

Avis aux nostalgiques : ne cherchez pas l’animateur Stéphane Bellavance, l’homme à tout faire Jean-François Éthier et leurs complices designers dans Marianne s’en mêle. Oui, la nouvelle websérie montre la transformation de chambres d’adolescents, mais la comparaison avec Méchant changement, diffusée à Vrak de 2005 à 2009, s’arrête là.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Retour dans les années 1970 dans le coin dinette

Dans cette production de 10 épisodes, on plonge dans l’univers de la pétillante Marianne Plaisance, créatrice de contenu derrière la chaîne YouTube 2peau, suivie par 238 000 abonnés, dont beaucoup de jeunes adultes adeptes de décoration.

Diplômée en graphisme et en photographie, la jeune femme de 30 ans a fait sa marque sur les réseaux sociaux grâce à sa créativité et à son style coloré.

Ces deux éléments se reflètent dans son grand appartement à aire ouverte où ont été tournés certains segments de l’émission, et où La Presse l’a rencontrée.

Un univers éclaté

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

La salle à manger et son ciel bleu

En pénétrant dans le loft de Marianne Plaisance, on se sent instantanément énergisée par l’arc-en-ciel de couleurs qui se déploient dans la pièce. Dans la cuisine, une série de lignes semblant sorties tout droit des années 1970 s’étirent sur le mur. Dans la salle à manger, un ciel peint amène le beau temps à l’intérieur, peu importe la météo. Au salon, c’est une multitude de pompons colorés qui capte l’attention. Même la salle de bains impressionne avec son œuvre inspirée de la fresque La création d’Adam, de Michel-Ange.

« C’était mon projet de début de pandémie quand on pensait que ça allait durer deux semaines », indique Marianne Plaisance au sujet de la peinture au plafond de la petite pièce.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Marianne Plaisance a peint l’œuvre au plafond de sa salle de bains, inspirée de la fresque La création d’Adam, de Michel-Ange.

En s’installant autour de la table de la salle à manger pour l’entrevue, la créatrice parle des chaises de rotin usagées qu’elle a repeintes en bleu.

Presque tout dans l’appartement est de seconde main. J’aime ça parce que ça donne de la personnalité à ta pièce. Tu peux combiner de belles choses que tu ne trouverais pas neuves en magasin.

Marianne Plaisance

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

À la tête de son lit, Marianne Plaisance a peint une reproduction d’un tableau de Bob Ross.

Dans les épisodes de Marianne s’en mêle, l’animatrice mise d’ailleurs en partie sur la transformation d’objets usagés pour métamorphoser les chambres.

« Comme dans mes vidéos YouTube, j’aime que ça reste accessible. Je voulais proposer des choses que les gens peuvent reproduire à la maison », explique Marianne Plaisance.

Au goût des jeunes

Lorsqu’on demande à Marianne Plaisance ce qui l’inspire le plus, elle répond (sans grande surprise) : les couleurs. « Souvent, mon inspiration part d’une couleur ou d’un mix de couleurs que j’aime. Par exemple, l’affiche derrière. Cette espèce de teinte de rouge avec un lilas. C’est tellement beau ! Je pourrais faire une chambre comme ça », raconte-t-elle en montrant l’un des cadres posés dans sa salle à manger.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Marianne Plaisance, dans son salon, à côté de l’une de ses toiles

Pour l’émission, Marianne Plaisance s’est laissé inspirer par les couleurs préférées des 10 adolescents rencontrés, mais aussi par leurs goûts en général.

Les jeunes d’aujourd’hui savent vraiment ce qu’ils aiment. Ils ont accès à tellement de choses que leurs goûts sont développés plus jeunes.

Marianne Plaisance

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Marianne Plaisance devant son mur de toiles, dont certaines sont ses créations

Parmi les métamorphoses réalisées, on compte une chambre rétro, une autre inspirée du monde des jeux vidéo, une aux allures de chambre d’hôtel et une… ressemblant à l’appartement de Marianne Plaisance.

« Anne-Catherine m’a dit : “Je veux ton appart !” Je l’ai interprété comme si je faisais ma chambre de rêve à 15 ans. Quoique… ce serait ma chambre de rêve en ce moment à 30 ans aussi ! »

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Anne-Catherine Guay dans sa nouvelle chambre

Exit la chambre banale aux murs blancs et à la douillette rose, bonjour les couleurs !

« Je rentre dans ma chambre maintenant et je me dis : “Ah ! C’est beau ! C’est full beau ! C’est tout coloré. Ça rend heureuse” », raconte Anne-Catherine Guay, qui a ouvert la porte de sa maison à La Presse.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

La chambre métamorphosée d’Anne-Catherine Guay

Qu’aime-t-elle le plus dans son nouveau décor ? Difficile de faire un choix. Après un moment de réflexion, elle parle des illustrations minimalistes posées au-dessus de son divan ainsi que de son coussin jaune avec des bras. « Je trouve ça cute ! »

Au-delà de la métamorphose de sa chambre, l’élève de quatrième secondaire était surtout heureuse de rencontrer Marianne Plaisance. « C’est comme un modèle pour moi. Elle représente un peu ce que j’aimerais devenir quand je vais être plus grande. […] J’aimerais avoir un appartement aussi coloré. J’aimerais rester aussi enjouée et motivée qu’elle », confie celle qui suit la youtubeuse depuis cinq ans.

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-CATHERINE GUAY

La chambre d’Anne-Catherine Guay avant le passage de Marianne Plaisance

Un plaisir visiblement partagé par Marianne Plaisance, qui a trouvé les jeunes participants « vraiment hot, full allumés, avec plein de choses intéressantes à dire ».

« C’était vraiment un honneur de tous les rencontrer », affirme-t-elle.

Marianne s’en mêle, offert sur ICI Tou.tv

Trois conseils pour redécorer une chambre d’ado

Votre adolescent a envie de changer de décor, mais votre budget est limité ? Voici trois conseils de Marianne Plaisance.

1. Osez mettre de la couleur sur les murs. Selon elle, garder les murs blancs pour donner l’impression qu’une petite pièce est plus grande est une erreur. « Au contraire, je trouve que dans des plus petites pièces, c’est le fun de mettre de la couleur parce que ça crée une ambiance full rapidement. »

2. Trouvez ce que vous aimez. « Allez sur Pinterest, sur Instagram, et enregistrez les photos que vous aimez. Remarquez ce qui revient d’une pièce à l’autre. » Il y a fort à parier que ce qui revient est ce qui vous plaît.

3. Choisissez un beau gros morceau. « Ça peut être un couvre-lit, un tapis, un miroir. Tu changes un truc pour commencer, et après ça, tu modifies ta chambre graduellement. » Cela permet d’espacer les dépenses en décoration.

Le miroir aux 600 pompons

  • Un élément qui retient l’attention dans la chambre d’Anne-Catherine Guay est sans contredit son grand miroir au cadre couvert de pompons. « C’est un projet facile », assure Marianne Plaisance. Pour le réaliser, il faut toutefois une bonne dose de patience. « On se met quelques séries télé. C’est long, mais c’est vraiment le fun. »

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Un élément qui retient l’attention dans la chambre d’Anne-Catherine Guay est sans contredit son grand miroir au cadre couvert de pompons. « C’est un projet facile », assure Marianne Plaisance. Pour le réaliser, il faut toutefois une bonne dose de patience. « On se met quelques séries télé. C’est long, mais c’est vraiment le fun. »

  • Le matériel nécessaire ? Tout d’abord, de la laine d’acrylique. « Beaucoup moins dispendieuse que de la vraie laine », justifie Marianne Plaisance. « Dans ce cas-ci, ma thématique, c’est toutes les couleurs, mais on pourrait choisir juste une ou deux couleurs. »

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le matériel nécessaire ? Tout d’abord, de la laine d’acrylique. « Beaucoup moins dispendieuse que de la vraie laine », justifie Marianne Plaisance. « Dans ce cas-ci, ma thématique, c’est toutes les couleurs, mais on pourrait choisir juste une ou deux couleurs. »

  • Ensuite, il vous faudra un pom pom maker, offert dans les magasins de matériel d’art et d’artisanat. Ce « bidule pour faire des pompons », comme l’appelle Marianne Plaisance, permet de créer de petites boules de textile beaucoup plus rapidement que la méthode avec un morceau de carton que vous connaissez peut-être.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Ensuite, il vous faudra un pom pom maker, offert dans les magasins de matériel d’art et d’artisanat. Ce « bidule pour faire des pompons », comme l’appelle Marianne Plaisance, permet de créer de petites boules de textile beaucoup plus rapidement que la méthode avec un morceau de carton que vous connaissez peut-être.

  • Première étape : on prend le fil des deux extrémités de sa pelote de laine et on l’enroule sur l’appareil.
On se rend d’un bout à l’autre du demi-cercle trois fois.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Première étape : on prend le fil des deux extrémités de sa pelote de laine et on l’enroule sur l’appareil.
On se rend d’un bout à l’autre du demi-cercle trois fois.

  • Deuxième étape : « Une fois que c’est enroulé, on vient couper dans le milieu, explique Marianne Plaisance. Avec des ciseaux pour tissu, évidemment, parce qu’on coupe de la laine. Ça ne va pas bien avec des ciseaux ordinaires. »

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Deuxième étape : « Une fois que c’est enroulé, on vient couper dans le milieu, explique Marianne Plaisance. Avec des ciseaux pour tissu, évidemment, parce qu’on coupe de la laine. Ça ne va pas bien avec des ciseaux ordinaires. »

  • Troisième étape : on coupe un bout de laine de sa pelote et on vient faire un nœud au centre de son futur pompon. « On sert vraiment fort parce qu’on ne veut pas que le pompon se défasse. Moi, je fais quelques tours. »

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Troisième étape : on coupe un bout de laine de sa pelote et on vient faire un nœud au centre de son futur pompon. « On sert vraiment fort parce qu’on ne veut pas que le pompon se défasse. Moi, je fais quelques tours. »

  • Quatrième étape : on ouvre le pom pom maker et surprise ! Un pompon presque parfait. « Il faut juste donner une petite coupe de cheveux après », précise Marianne Plaisance en coupant quelques fils qui dépassent.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Quatrième étape : on ouvre le pom pom maker et surprise ! Un pompon presque parfait. « Il faut juste donner une petite coupe de cheveux après », précise Marianne Plaisance en coupant quelques fils qui dépassent.

  • Cinquième étape : on recommence, encore et encore. Pour faire le contour du miroir d’Anne-Catherine, la créatrice de contenu a eu besoin de 600 pompons. Vous n’avez pas autant de patience ? Le projet peut être réalisé sur un miroir de plus petite taille ou un cadre.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Cinquième étape : on recommence, encore et encore. Pour faire le contour du miroir d’Anne-Catherine, la créatrice de contenu a eu besoin de 600 pompons. Vous n’avez pas autant de patience ? Le projet peut être réalisé sur un miroir de plus petite taille ou un cadre.

  • Dernière étape : on colle les pompons à l’aide d’un fusil à colle chaude sur le contour du miroir. Le conseil de Marianne ? Placer les petites boules assez serrées. L’effet est alors plus intéressant, indique celle qui se considère dorénavant comme une « experte en pompons ».

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Dernière étape : on colle les pompons à l’aide d’un fusil à colle chaude sur le contour du miroir. Le conseil de Marianne ? Placer les petites boules assez serrées. L’effet est alors plus intéressant, indique celle qui se considère dorénavant comme une « experte en pompons ».

1/9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Puisque chaque épisode de Marianne s’en mêle propose une idée de décoration à faire soi-même, La Presse a demandé à l’animatrice de recréer l’un de ses projets (Do It Yourself) pour ses lecteurs. Voici donc les dessous de la fabrication du miroir de pompons que Marianne Plaisance a imaginé pour la chambre d’Anne-Catherine Guay.