Qu’est-ce qui défigure nos pièces tout en étant — malheureusement — indispensable ? Oui, ce mal nécessaire, ce sont bien les câbles électriques ou électroniques qui envahissent nos demeures, et dont l’esthétique fait rarement notre bonheur. Voici une série d’astuces et de stratégies pour tâcher de balayer sous le tapis ces spaghettis technologiques honnis.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Le cache-câble classique

PHOTO GETTY IMAGES

Les cache-câbles, en plastique ou en métal, sont idéaux pour les fils électriques qui courent au sol ou le long des murs.

Les commis de diverses quincailleries nous ont aiguillé vers des cache-câbles proposés en divers formats (tubes, réglettes quasi plates ou rectangulaires), en plastique ou en métal, idéaux pour les fils électriques qui courent au sol ou le long des murs. L’installation est simple et facile (par vis ou par ruban adhésif double contact) ; cela pourrait bien servir pour dissimuler, à peu de frais, cet horrible câble d’écran plat mural qui pendouille au mur. Pour éviter le « look bureau », il est conseillé de le peindre de la même teinte que le support d’arrière-plan. 

« Pour dissimuler les fils du téléviseur, une solution simple est d’installer un revêtement mural en le soufflant pour lui donner une petite épaisseur. Il donnera un accent à la pièce, permettra de passer les fils derrière sans trop abîmer le mur, et il est facile à retirer au besoin », suggère la designer d’intérieur Véronique Lanthier.

En plein dans les plinthes

PHOTO GETTY IMAGES

Plinthe qui recouvre des câbles

Autre stratégie qui a fait ses preuves : se servir des plinthes (ou en installer) pour y faire courir les grandes rallonges électriques. Si elles se délogent facilement et si l’interstice entre celles-ci et le mur le permet, on peut envisager de faire passer le fil derrière les panneaux.

Sinon, il suffit de maintenir le câble tendu juste au-dessus de la plinthe, au moyen de petites attaches à clou (appelées « agrafes » ou encore « cavaliers »). Là aussi, au besoin, on peut repeindre le câble et les attaches de la même couleur que le mur ou les plinthes. 

Encore mieux : « Dans certaines situations, il peut être moins dérangeant pour l’œil d’installer le cache-fil au sol comme s’il s’agissait d’un quart-de-rond », conseille Mme Lanthier.

C’est dans la boîte

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB D’IKEA

La boîte Romma

Si votre bureau ressemble à un gigantesque plat de linguinis, il est peut-être temps de centraliser le problème. 

Des boîtes spécialement conçues pour accueillir câbles, chargeurs et autres appareils électroniques se trouvent facilement dans le commerce ; par exemple, la boîte Romma vendue par IKEA, au design et au prix épurés (10 $). 

Pour simplifier le tout, les divers fils convergeant vers l’objet peuvent être regroupés au moyen d’attaches velcro, détachables facilement si certains fils sont liés à des appareils mobiles. 

C’est aussi l’occasion de mettre sa créativité à l’épreuve en recyclant cette belle boîte en bois que l’on ne s’est jamais résolu à jeter, voire en la fabriquant de toutes pièces. 

Vu sur les réseaux sociaux : des couvertures de beaux et vieux livres, vidés de leurs pages, servant de cache-prises. Mais attention : « Il est important d’utiliser une boîte qui permet l’aération, car les appareils et barres dégagent beaucoup de chaleur. On voit souvent sur Pinterest des idées avec des boîtes fermées, mais ce n’est pas bon pour l’appareil et ce n’est pas sécuritaire », prévient la designer Véronique Lanthier.

Mobilisez vos meubles

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE QUINCAILLERIE RICHELIEU

Passe-fil USB à encastrer dans le trou réalisé dans un meuble 

Une solution un peu plus radicale s’offre à celui ou celle qui ne souhaite pas voir une boîte traîner sur ses meubles : sortir la perceuse. Bien placés, un ou plusieurs orifices permettront, par exemple, d’utiliser le tiroir d’un bureau ou d’une commode pour cacher les barres multiprises et les appareils électroniques. Ces derniers peuvent aussi être fixés dans les angles cachés du meuble.

Pour rendre le tout plus discret, ne pas hésiter à recourir à des passe-fils — petits cercles ou rectangles à encastrer dans les trous percés dans le bois, rendant le résultat plus esthétique. Certains sont même équipés de prises USB.

En faire de l’art

PHOTO FOURNIE PAR TIN & ED 

Cette image a fait fureur sur les réseaux sociaux : il s’agit du panorama de Melbourne, en Australie, composé par le cabinet de design créatif Tin & Ed. Un excellent exemple de prendre le contrepied des fils indésirables pour l’intégrer dans un projet de décoration. 

L’image a fait un tabac sur Pinterest : un panorama urbain composé sur un mur blanc avec le long fil noir d’une lampe, laquelle revient sur elle-même pour éclairer le tout. Wow ! Ici, on ne cherche plus à dissimuler, bien au contraire, on met en valeur l’indésiré, devenu petite œuvre d’art. 

Et il existe mille façons de tirer le fil de son imagination : oiseaux ou feuilles d’arbres disposés au gré du câble (qui ressemble alors à une branche ou à une plante ; facile à confectionner soi-même), formation de mots ou de slogans, formes géométriques… 

Pour vous inspirer, la designer portugaise Tania Da Cruz a carrément créé un passe-câble en forme de plante. 

De fil en aiguille, passer au sans-fil

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE TANIADACRUZDESIGN

La designer portugaise Tania Da Cruz a créé un passe-câble en forme de plante. 

Eh non, l’électricité à haut voltage sans fil n’a pas encore été inventée… En attendant de pouvoir éliminer les câbles électriques, il est parfois possible d’en supprimer certains pour les remplacer par des objets connectés. 

PHOTO FRANCOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Des haut-parleurs sans fil peuvent permettre d’éliminer quelques fils supplémentaires.

Des exemples ? Les environs d’un ordinateur s’avérant propices au méli-mélo, on peut envisager d’investir dans des haut-parleurs, souris, écouteurs ou imprimantes sans fil qui sont de nos jours monnaie courante dans le commerce.