Les voyages forment la jeunesse. Ils sont aussi source d’inspiration pour la maison, a-t-on constaté à la suite d’un appel à tous par lequel nous avions convié nos lecteurs à nous faire découvrir l’endroit qui, chez eux, leur plaît le plus. Nombre de ces endroits affichaient des souvenirs des quatre coins du monde, où leurs occupants avaient trouvé des idées pour personnaliser leur intérieur. En voici cinq à découvrir.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Tout droit sorti d’Europe

Carole Leblanc et Pierre Bonneville sont allés une vingtaine de fois en Europe. Épris de la Toscane et de la Provence, ils ont créé dans les Laurentides une demeure tout droit sortie des vieux pays. Ils l’ont planifiée pendant des années, photographiant des murs, des planchers et des meubles lors de leurs voyages.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Après avoir acheté un terrain à Sainte-Anne-des-Lacs, en 2007, ils ont conçu la maison en prévision de leur retraite. Ils ont fait faire la coquille, puis ont mis quatre ans pour tout terminer pendant leurs temps libres.

Leur pièce préférée est sans contredit le salon bordé de grandes fenêtres, chaleureux avec ses murs de pierre aux tons de sable, son plancher en travertin et son plafond de bois. « On se sent ailleurs », indique Pierre Bonneville.

« Nous avons fait une maison unique, qui ne ressemble à aucune autre. » — Carole Leblanc

Couleurs du monde

Sarah Noiseux a eu un coup de cœur pour son appartement aux grandes fenêtres et aux plafonds de 11 pi de haut, à Cowansville. Elle l’a personnalisé au cours des quatre dernières années, mariant ses passions pour la décoration et les voyages. Un peu partout, elle a intégré des souvenirs de vacances lointaines avec son conjoint, Rémy Arbec, et des rappels de séjours dans des contrées éloignées.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Dans la salle de bains, Sarah Noiseux a disposé des coquillages trouvés au Mexique et à Hawaii.

« Après mon retour de l’Inde, j’ai eu le goût d’ajouter de la couleur, révèle la jeune femme, qui attend une petite fille en septembre. J’ai compris que la couleur, c’est la vie. Ce voyage m’a donné la confiance d’oser. Quand les murs sont blancs, il manque quelque chose. » Les objets rapportés rendent son intérieur chaleureux, constate-t-elle. « Nous sommes vraiment chez nous. »

« Mes souvenirs de voyage me donnent le goût de repartir. » — Sarah Noiseux

Comme à Venise

Danielle Hotte éprouve un immense plaisir à recréer les univers qu’elle découvre en voyage. À son chalet, elle a reproduit l’atmosphère feutrée d’un pub irlandais. Dans sa chambre à Outremont, elle a laissé libre cours à l’affection qu’elle éprouve pour Venise.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

« C’est là où nous sommes allés en voyage de noces, révèle-t-elle. C’est la racine du théâtre avec la commedia dell’arte. Avant, les murs de la chambre étaient très foncés. Il y a trois ans, j’ai eu envie que ce soit plus lumineux. J’ai réussi à donner l’effet de crépi, qui se désagrège à Venise sous l’effet de l’air salin. »

À chaque visite et au gré de ses trouvailles, elle enrichit sa collection d’objets et de tableaux, qui ont un lien avec la cité des Doges.

« Je vis, je travaille pour voyager. En bonne Sagittaire, je suis une bonne voyageuse! » — Danielle Hotte

L’amour du Maine

Maryse Ouellet est en amour avec le Maine en général et Kennebunkport en particulier depuis qu’elle y est allée pour la première fois, à 19 ans. Elle y a fait des rencontres en retournant aux mêmes endroits, année après année.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

« Quand j’arrive là-bas, c’est mon deuxième chez-nous, confie-t-elle. J’essaie toujours d’y aller hors saison. »

Sirènes, poissons et étoiles de mer l’entourent à longueur d’année dans la cuisine. C’est aussi de retour de voyage qu’elle a eu l’idée de repeindre les murs de couleurs pâles, ce qui met en valeur son décor de bord de mer.

« Je suis marquée à vie. J’ai eu la chance de rencontrer des gens accueillants. » — Maryse Ouellet

Le petit-déjeuner à Paris

Tous les matins, Michèle Thinel et Dominique Lagaude déjeunent dans une atmosphère qui leur rappelle Paris. Une petite table de jardin couverte d’une nappe colorée donne le ton. Elle est placée entre un confiturier confectionné par M. Lagaude et un congélateur, dont la porte est joliment couverte d’un imprimé plastifié qui rappelle la Ville Lumière.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

« Je n’aimais pas manger devant le congélateur, explique Mme Thinel, qui est allée trois fois à Paris avec son mari. Je me suis toujours amusée avec la décoration. »

Elle réutilise aussi des étagères, qui faisaient auparavant partie d’une bibliothèque, pour mettre en valeur ses bols et ses assiettes. Elle laisse toujours courir son imagination.

« Nous sommes allés trois fois à Paris. Nous avons pris le pouls de la ville à pied. » — Michèle Thinel