Meubles, bibelots, vêtements pour enfants : on trouve de tout sur les sites de petites annonces, même des plantes d’intérieur. Pour celui ou celle qui cherche un spécimen rare ou simplement une plante à bon prix, le marché des plantes « d’occasion » n’est pas à négliger. Mais attention, la prudence s’impose.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

L’été est généralement un bon moment pour démarrer ou enrichir sa collection. Les plantes sont en croissance et plusieurs en profitent pour les bouturer ou les diviser. Il y a aussi la période des déménagements qui incite de nombreux propriétaires de plantes à se départir de certains spécimens qui ne conviennent pas à leur nouvel espace.

Passionnée de plantes, Valeria Saavedra a souvent eu recours aux sites de petites annonces et aux groupes Facebook consacrés à l’échange et à la vente. « Une de mes plantes préférées est ma Hoya multiflora, qui est quand même rare au Canada, indique-t-elle. Elle a été achetée dans un groupe de vente de plantes d’une fille qui déménageait aux États-Unis. Je pense que je l’ai payée 15 $, alors qu’elle vaut au moins 40 $ en magasin ou sur les sites spécialisés. »

IMAGE TIRÉE DE KIJIJI

Jonathan Lefrançois, un des fondateurs du groupe Plantes d’intérieur Montréal Houseplants sur Facebook, a acheté quelques spécimens de son imposante collection sur le Marketplace du même réseau social. « Dernièrement, j’ai trouvé un Begonia x albo-picta que j’aime beaucoup, souligne-t-il. C’était une petite plante pour 5 $ qui me semblait juste. Je ne l’ai jamais vue en magasin. » 

« Les petites annonces sont particulièrement une bonne place pour trouver de grandes plantes. Souvent, les gens âgés doivent les laisser. »3333333333

« Ce que je trouve aussi intéressant de ce genre d’achats, c’est que le vendeur a été propriétaire de cette plante, il donc peut donner des conseils d’entretien à la maison basés sur son expérience vécue. C’est très différent de l’entretien en magasin ou en serre », remarque Valeria Saavedra.

Gare aux maladies et aux insectes

Acheter une plante d’un particulier comporte certains risques quant à la qualité du produit. « Il y a à peu près deux ans, j’ai acheté un énorme pothos à une dame pour juste 5 $, raconte Valeria Saavedra. Dans mon excitation, je n’ai pas inspecté la plante comme il faut. En arrivant chez moi, j’ai constaté qu’elle avait des cochenilles et des moucherons fongiques. »

IMAGE TIRÉE DE KIJIJI

Jonathan Lefrançois conseille de toujours se rendre sur place en personne pour inspecter la plante qu’on souhaite acheter. Regardez bien sous les feuilles pour déceler la présence d’insectes. « Souvent, les gens vont être impulsifs, ils envoient un transfert Interac et demandent à quelqu’un de la ramasser. Ces histoires ne finissent jamais bien et on les voit passer dans les groupes. »

Jonathan Lefrançois recommande aussi de demander au propriétaire de la plante sa provenance ainsi que les raisons de la vente. Dans le cas des boutures, les acheteurs moins expérimentés devraient s’assurer que le plant a un système racinaire assez développé pour éviter qu’il ne meure entre leurs mains.

Et peut-être garder en tête que toute transaction conclue par l’entremise des petites annonces peut donner lieu à de bonnes ou de moins bonnes surprises.

« Avec Marketplace, je suis allée dans deux maisons privées, une très propre avec des plantes en santé et de choix, et l’autre était tellement envahie de plantes partout : sur le comptoir de cuisine, le haut des armoires, des étagères sur tous les murs de la maison, sur les planchers dans toutes les pièces, raconte Lisanne Lécuyer, qui s’est récemment procuré près de 70 plantes en deux mois pour égayer sa nouvelle maison. Il y avait aussi des pots par terre avec une plante morte dedans. C’était difficile de voir quelque chose. Tout était pêle-mêle. »