(Washington) Quelques heures avant la publication du rapport du procureur spécial aux États-Unis, un nouveau sondage démontre que plusieurs Américains ne sont pas prêts à dire que Donald Trump a été blanchi dans l’enquête sur la Russie. Et plusieurs d’entre eux voudraient que le Congrès poursuive ses enquêtes sur le sujet.

Hope Yen et Hannah Fingerhut
Associated Press

Selon le coup de sonde effectué récemment par l’Associated Press et le NORC Center for Public Affairs Research, six Américains sur dix croient toujours que le président a porté entrave à la justice.

Le sondage révèle également qu’une majorité d’Américains sont insatisfaits des informations dévoilées jusqu’ici par le procureur général des États-Unis, William Barr, qui a publié une lettre de quatre pages résumant le rapport de 400 pages. Ils auront plus de détails jeudi, alors que M. Barr doit publier une version caviardée du rapport.

Donald Trump a claironné qu’il avait été « complètement blanchi » par le procureur spécial après la publication de la lettre de M. Barr, dans laquelle il affirmait que les preuves n’étaient pas suffisantes pour porter des accusations d’entrave à la justice.

PHOTO YURI GRIPAS, REUTERS

Robert Mueller

En général, 39 % des Américains approuvent le travail de Donald Trump, un niveau qui reste inchangé depuis la mi-mars, avant la fin de l’enquête de M. Mueller.

Mais plusieurs Américains ont toujours des questions.

« C’est plutôt difficile de croire ce que le président dit quant à la disculpation », a déclaré James Brown, un Américain âgé de 77 ans qui ne s’identifie à aucun parti, mais qui se décrit comme plutôt conservateur.

« Mais je crois que le procureur général est une personne de Trump, alors il ne fera jamais rien contre Trump. »

Le sondage démontre que 35 % des Américains croient que le président a commis un geste illégal relativement à la Russie — un chiffre qui n’a pas vraiment changé depuis quelque temps. En revanche, 34 % des répondants soupçonnent le président d’avoir fait quelque chose de contraire à l’éthique.

L’enquête démontre toutefois que la lettre de M. Barr semble avoir dissipé des doutes parmi les électeurs républicains. Parmi cette catégorie d’électeurs, ils sont plus nombreux à affirmer que M. Trump n’a rien fait de mal, et ils croient moins que le président a fait quelque chose de contraire à l’éthique.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Le procureur général des États-Unis, William Barr

Glen Sebring, âgé de 56 ans, croit qu’il faudrait mettre un terme aux enquêtes sur la Russie. Ce républicain modéré estime que le Congrès devrait se concentrer sur d’autres enjeux, notamment sur les coûts des soins de santé.

« C’est de l’acharnement, a-t-il déploré. On doit se préoccuper d’autres enjeux plus importants. »

Une majorité des répondants en croient autrement : 53 % ont dit que le Congrès devrait continuer d’enquêter sur les liens du président avec la Russie. De plus, 53 % des personnes interrogées affirment que le Congrès devrait prendre des mesures pour destituer le président s’il est prouvé qu’il a porté entrave à la justice.

Le sondage a été mené auprès de 1108 adultes, entre le 11 et le 14 avril à partir d’un groupe qui est représentatif de la population américaine. Les répondants ont été sondés par téléphone et en ligne. Les experts en recherche et en méthodologie jugent qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.