Renick Taylor porte un chapeau de cow-boy aux couleurs de l'arc-en-ciel. Et la carte professionnelle qu'il vous tend ne laisse pas de place au doute quant à sa position sur le mariage gai.

Mis à jour le 7 sept. 2012
Alexandre Sirois, envoyé spécial LA PRESSE

«Si vous ne pouvez pas échanger votre fille pour deux vaches et une chèvre, c'est que le mariage a déjà été redéfini», y lit-on. Une critique de ceux qui soutiennent que «la définition traditionnelle du mariage» est menacée par les gais.

On rencontre ce délégué du Mississippi au centre des congrès de Charlotte, quelques heures avant le discours de Barack Obama. Il transporte un banal sac en plastique, qu'il ouvre discrètement devant nous vers la fin de l'entrevue. Comme s'il levait le couvercle d'un coffre au trésor.

À l'intérieur: un boa rose. «Ce soir, c'est la fête! Alors, je vais le porter autour du cou. C'est l'heure de célébrer tout ce qu'on a accompli», dit-il.

Car si les militants démocrates membres de la communauté gaie sont aux anges, c'est grâce à Barack Obama. Ils ont été ravis par plusieurs de ses prises de position au cours des dernières années. Notamment, et par-dessus tout, son appui au mariage gai, annoncé en mai dernier.

«C'était le geste d'un homme courageux, prêt à faire ce qui est bon même si une majorité d'Américains pense que ça ne l'est pas», affirme Renick Taylor. Geste d'autant plus apprécié par les gais que, depuis cette annonce publique, le nombre d'Américains qui soutient ce type d'union a franchi le cap des 50 %.

L'engouement de la communauté, prédit Renick Taylor, aura un impact sur la course à la Maison-Blanche. «Sur le vote, mais aussi sur l'argent recueilli par les démocrates», explique-t-il.

Engouement palpable hier lors du caucus gai du Parti démocrate, dans le cadre de la convention. Tenu dans une salle comble et survoltée.

«Fired up and ready to go», lance Mara Keisling, interrogée à l'issue de la rencontre. Elle répète un slogan utilisé par Barack Obama en 2008. Elle brûle d'envie de faire campagne pour le candidat démocrate.

«Le président a été remarquable à l'égard des enjeux qui concernent les lesbiennes, les gais, les bisexuels et les transgenres. Nous sommes pleins d'énergie», lance celle qui est à la fois lesbienne et transgenre.

Les gais sont fous d'Obama, donc. Mais certains se demandent néanmoins si sa position sur le mariage gai ne lui fera pas perdre des voix en novembre. «C'est un handicap. Ceux qui s'opposent au mariage gai ne voteront peut-être pas pour lui», pense Robert Donat, militant de l'Arizona.

La réponse à cette question ne sera connue qu'après le scrutin. Mais elle ne changera rien au fait que pour plusieurs gais, l'impact est indéniable.

Comme pour Shaquan Harris, jeune démocrate de 19 ans de la Caroline-du-Nord. «J'ai plus confiance en moi, dit-il. Je suis plus fier de moi. Et j'ai l'impression que les autres me comprennent mieux.»

On surveille

Le département du Travail américain annoncera ce matin les nouveaux chiffres sur l'emploi, données qui pourraient avoir un impact majeur sur la façon dont les Américains percevront la convention démocrate de Charlotte.

On remarque

Les vendeurs de souvenirs sont partout à Charlotte! Et ils semblent faire de très bonnes affaires, à en juger par la popularité de leurs stands. Chez les républicains, il n'y avait qu'une seule boutique. Et personne ne se bousculait pour obtenir un souvenir de Mitt Romney.