Le président russe Vladimir Poutine a assuré dimanche sur une télévision américaine qu'il ne prévoyait pas, «pour l'instant», d'envoyer des troupes au sol en Syrie mais qu'il doperait son soutien au président Bachar al-Assad.

Publié le 27 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le chef du Kremlin est l'un des dirigeants les plus attendus à l'Assemblée générale de l'ONU à New York où il doit défendre lundi son allié syrien et dévoiler un projet de nouvelle coalition élargie de lutte contre le groupe État islamique.

Il doit aussi rencontrer officiellement lundi son homologue américain Barack Obama à New York, sur fond de montée en puissance militaire russe en Syrie et de regain d'activisme diplomatique de Moscou sur ce dossier.

Le président russe a enregistré il y a quelques jours une longue interview pour l'émission 60 Minutes de la chaîne CBS, diffusée dimanche soir mais dont la télévision a distillé des extraits ces derniers jours.

M. Poutine, qui s'exprime en russe et dont les propos sont traduits, est interrogé pour savoir s'il envisagerait de déployer des troupes au sol en Syrie pour combattre les djihadistes de l'EI.

«La Russie ne participera à aucune opération terrestre sur le territoire syrien ou dans aucun autre pays. Enfin, au moins nous ne le prévoyons pas pour l'instant», répond le chef d'État russe.

«Mais nous envisageons d'intensifier notre travail avec, à la fois le président Assad et nos partenaires dans d'autres pays», a ajouté M. Poutine, en allusion à l'Iran et à l'Irak, soutiens du régime syrien.