Source ID:; App Source:

Le front Al-Nosra exige de sortir de la liste noire de l'ONU

Deux combattants du front Al-Nosra, dans la province... (PHOTO HAMID KHATIB, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Deux combattants du front Al-Nosra, dans la province d'Idleb, dans le nord e la Syrie, le 17 mai.

PHOTO HAMID KHATIB, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
SUVA, Fidji

Le front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda qui a revendiqué l'enlèvement de plus de 40 Casques bleus fidjiens sur le plateau du Golan en Syrie, demande à sortir de liste noire des organisations terroristes établie par les Nations unies, a révélé mardi l'armée fidjienne.

Ce groupe qui combat auprès des rebelles le régime de Bachar al-Assad en Syrie demande également l'envoi d'aide humanitaire à une petite ville située dans le bastion d'Al-Nosra, près de Damas, et des compensations financières pour trois des leurs blessés ces derniers jours, selon le chef de l'armée fidjienne, Mosese Tikoitoga.

«Ce sont les demandes officielles (du front Al-Nosra) en échange de la libération de nos soldats», a indiqué Mosese Tikoitoga, en précisant que ces demandes avaient été transmises aux Nations unies.

Selon la presse fidjienne, les rebelles demandent aussi la libération de Abou Moussab al-Souri, également connu sous le nom de Moustafa Setmariam Nasar, un responsable d'Al-Qaïda arrêté au Pakistan en 2005 et actuellement détenu par les autorités syriennes.

Une équipe de négociateurs de l'ONU est arrivée sur le plateau du Golan en provenance de New York, selon le chef de l'armée fidjienne.

«Malheureusement, nous n'avons fait aucun progrès, nos soldats se trouvent dans un endroit tenu secret, les rebelles refusent de nous dire où ils sont», a assuré Mosese Tikoitoga. D'après leurs geôliers, les soldats fidjiens sont en bonne santé et ont été extraits des zones de combat.

Les combattants syriens «nous ont une nouvelle fois assuré que (les soldats fidjiens) étaient bien traités, qu'ils sont bien nourris et qu'ils sont en sécurité», a-t-il souligné.

Les 45 Casques bleus fidjiens, membres de la FNUOD, la Force de l'ONU chargée de l'observation du désengagement entre Israël et la Syrie, sont retenus en otages depuis jeudi.

Dans un communiqué reproduit par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, le front Al-Nosra, branche syrienne officielle d'Al-Qaïda, affirme retenir les Casques bleus en représailles à «la complicité de l'ONU» avec le régime «criminel» de Bachar al-Assad, engagé dans une guerre sans merci contre les rebelles depuis plus de trois ans.

Les Casques bleus ont été capturés à la suite de combats entre l'armée et des groupes rebelles dont Al-Nosra, près de Qouneitra, dans la zone de désengagement délimitée en 1974, où patrouille la FNUOD.

Soixante-quinze autres Casques bleus, des Philippins, bloqués en raison des combats et menacés par des rebelles, sont désormais sains et saufs, selon le gouvernement philippin.

La FNUOD compte 1223 hommes issus de six pays (Inde, Fidji, Philippines, Irlande, Pays-Bas et Népal). Son mandat vient d'être renouvelé pour six mois, jusqu'au 31 décembre 2014.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer