Des combats ont opposé lundi les rebelles à l'armée dans l'ouest de la Syrie au moment où les insurgés progressent dans la province côtière de Lattaquié, rapporte une ONG.

Publié le 5 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ces affrontements surviennent au lendemain de la prise par les rebelles de cinq villages alaouites dans la région, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de médecins sur le terrain.

Lundi, l'armée a repris cependant l'un d'entre eux, Beit al-Chakouhi.

La population en Syrie est majoritairement sunnite, alors que les régions voisines de Lattaquié et de Tartous sont le fief de la minorité alaouite, une branche du chiisme à laquelle appartient le président Bachar al-Assad.

«Les combats des deux derniers jours ont été féroces», a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, selon lequel au moins 20 rebelles et 32 miliciens pro-régime ont été tués.

Selon lui, «l'armée, les milices pro-régime de la Force de défense nationale et les bataillons du (parti au pouvoir) Baas envoient des renforts pour contrer les insurgés».

Les combats se déroulent près de Jabal al-Akrad , dans le nord de la province de Lattaquié, et les rebelles tentent d'avancer également dans le Jabal Turkman, deux régions dans lesquelles vit une population mixte d'alaouites et de sunnites.

Selon un militant de Lattaquié, les rebelles ont décidé d'ouvrir un nouveau front après que les poches rebelles dans cette région eurent été pilonnées depuis les villages alentour.

«Il y a une bataille pour libérer les zones d'où sont pilonnés les civils», a expliqué à l'AFP Omar al-Jeblawi, via Internet.

Selon lui, plusieurs bataillons anti-régime ont pris part aux combats, dont des groupes de rebelles locaux et des jihadistes.

Mais selon d'autres militants, comme Sema Nassar, les rebelles «ne sont pas prêts (à lancer un nouveau front) et la réponse du régime va être terrible».

Selon ce militant basé à Lattaquié, les rebelles ont par ailleurs capturé un religieux alaouite, Badr Ghazal, qui avait édicté un décret religieux appelant à «anéantir complètement les forces rebelles».

Pour sa part, l'opposition a rendu hommage à l'action rebelle. «La Coalition nationale syrienne applaudit les combattants de l'Armée syrienne libre sur la côte», a indiqué le groupe.

À l'exception de quelques poches rebelles, la majorité de la province de Lattaquié demeure sous le contrôle de l'armée.