Source ID:; App Source:

Syrie: les forces du gouvernement prennent une banlieue stratégique

Les dégâts laissés par les attaques sont importants... (PHOTO MAHMOUD HASSANO, REUTERS)

Agrandir

Les dégâts laissés par les attaques sont importants dans le village de Taftanaz.

PHOTO MAHMOUD HASSANO, REUTERS

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Albert Aji, Bassem Mroue
Associated Press
Damas

Les troupes syriennes se sont rapprochées d'une banlieue stratégique de Damas et ont bombardé d'autres zones ceinturant la capitale, samedi, dans le cadre d'une tentative pour sécuriser le siège du pouvoir du président Bachar el-Assad, alors que les rebelles ont effectué des gains dans le nord.

Selon un responsable gouvernemental, les forces du régime ont pris la majorité de Daraya, une zone située tout près d'une importante base aérienne militaire, tout juste au sud de la capitale. Ces développements surviennent après près de deux mois de violents combats qui, selon des militants anti-régime, auraient fait des dizaines de morts et jeté des dizaines de milliers de réfugiés à la rue.

Cette annonce survient au lendemain de la prise de contrôle, par des rebelles et des combattants islamistes visant à renverser le régime, de la base aérienne de Taftanaz, portant un dur coup à l'armée. Les deux déclarations soulignent l'aspect en dent de scie du conflit syrien, où la victoire d'une partie est souvent suivie d'un revers ailleurs.

Dans le cadre d'autres violences, le champion sportif Hisham Raqsha a été tué par balle à Damas, alors qu'il revenait chez lui, ont annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme et l'agence de presse étatique Sana.

Les troupes syriennes se battent depuis novembre pour reconquérir Daraya des mains des rebelles. Cette banlieue est flanquée par les quartiers importants de Mazzeh, qui abrite la base aérienne militaire du même nom, et Kfar Sousseh, où sont situés le siège du gouvernement, les bureaux centraux des services de renseignement et le ministère de l'Intérieur. L'endroit est également situé à moins de 10 kilomètres du Palais du peuple, l'un des trois palais de la capitale utilisés par le président.

Selon un officiel qui a parlé à l'agence Associated Press sous le couvert de l'anonymat, l'armée se bat actuellement contre «des pochettes de résistance», mais le territoire devrait être «sécuritaire d'ici quelques jours».

En août, des troupes appuyées par des chars avaient attaqué Daraya après plusieurs jours de siège, tuant supposément des centaines de personnes. La plupart des résidants ont fui vers des endroits plus sûrs depuis le début de la dernière offensive, ne laissant derrière qu'environ 10 000 citoyens aux prises avec des coupures d'électricité et des réserves de nourriture, de carburant et de fournitures médicales en diminution.

Une forte tempête de neige, la semaine dernière, a empiré les conditions prévalant dans Daraya.

Le conseil local, un groupe de l'opposition, soutient que plus de 1300 personnes ont été tuées à Daraya depuis le début de la révolte, et que 1000 personnes supplémentaires seraient emprisonnées. Les affirmations des deux parties sont impossibles à vérifier en raison des restrictions imposées aux journalistes en Syrie.

L'Observatoire a ajouté que des avions de guerre syriens avaient attaqué des banlieues à l'est de Damas, y compris à Mleiha, ainsi que la ville rebelle de Rastan, près de Homs (centre).

Plus de 60 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit, il y a 22 mois.

Sur le front diplomatique, la Russie, l'un des derniers alliés du président El-Assad, a indiqué samedi qu'elle était toujours fortement opposée à une intervention étrangère dans les affaires syriennes.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer