Huit personnes ont été tuées dimanche dans le Cachemire indien dans des affrontements entre forces indiennes et militants séparatistes présumés, portant à 22 le nombre de personnes tuées dans des violences en une semaine dans la région, selon la police.

Mis à jour le 25 nov. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Six militants séparatistes présumés et un soldat ont trouvé la mort dans un échange de tirs à Shopian, dans le sud du Cachemire.  

Un civil a également été tué lorsque les forces indiennes ont ouvert le feu sur une foule qui s'est rassemblée sur les lieux de la fusillade, a déclaré un responsable de la police, Munir Ahmad Khan.

Ailleurs dans le Cachemire, dix militants séparatistes présumés et quatre autres, dont une adolescente et un important chef rebelle ont été tués par des tirs lors d'incidents séparés, ce qui porte à 22 morts le bilan des violences en une semaine.

La police a indiqué que le chef rebelle avait été tué par des rivaux mais des dirigeants séparatistes ont affirmé que le gouvernement avait orchestré son assassinat.

La Coalition des sociétés civiles du Jammu-et-Cachemire, une organisation qui surveille la situation des droits de l'homme dans la région, a indiqué que 528 personnes avaient trouvé la mort en 2018 au Cachemire, soit l'une des années les plus meurtrières depuis 2009.

Le responsable de la police a estimé que le plus grand nombre de morts enregistré en 2018 était dû aux «informations exploitables» qui ont conduit la police vers les rebelles armés et leurs repaires.

Mais selon la Coalition des sociétés civiles du Jammu-et-Cachemire, les forces indiennes multiplient leurs opérations dans la région afin de donner une impression de fermeté à l'égard du Pakistan et des insurgés en prévision des élections générales de 2019.

«Les cadavres de Cachemiris se vendent malheureusement bien aux élections indiennes», a déclaré Khurram Parvez, une responsable de cette organisation.

L'Inde accuse le Pakistan d'attiser le mouvement séparatiste dans la partie du Cachemire qu'elle contrôle, ce qu'Islamabad dément.

Les rebelles mènent depuis des décennies une insurrection armée dans la Cachemire, demandant l'indépendance ou bien le rattachement au Pakistan de cette région peuplée très majoritairement de musulmans.