Source ID:; App Source:

Washington offre 30 millions $ pour arrêter le réseau Haqqani

Le fondateur du réseau terroriste, Jalaluddin Haqqani, lors... (Archives AP)

Agrandir

Le fondateur du réseau terroriste, Jalaluddin Haqqani, lors d'une entrevue avec la télé pakistanaise en 1998.

Archives AP

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont offert mercredi un total de 30 millions de dollars de récompenses pour toute information sur le réseau «terroriste» Haqqani basé au Pakistan et lié à Al-Qaïda, la bête noire de Washington accusée de dizaines d'attaques en Afghanistan voisin.

Le département d'État met à disposition jusqu'à vingt millions de dollars pour la localisation et l'éventuelle arrestation ou neutralisation de quatre dirigeants de l'organisation Haqqani, que Washington considère comme un «groupe terroriste étranger» depuis septembre 2012.

Leur chef Sirajuddin Haqqani, fils du fondateur historique Jalaluddin Haqqani, voit sa mise à prix grimper de cinq à dix millions de dollars pour tout renseignement menant à sa capture.

Les quatre lieutenants de Sirajuddin Haqqani sont Aziz Haqqani (son frère), Khalil al-Rahman Haqqani (son oncle), Yahya Haqqani (son beau-frère) et Abdul Rauf Zakir, présenté par le département d'État comme le chef des opérations suicide. Ce dernier est à titre individuel déjà inscrit sur la liste noire américaine des «terroristes internationaux».

Le réseau Haqqani «est l'allié d'Al-Qaïda et des talibans afghans et coopère avec d'autres organisations terroristes dans la région», accuse le département d'État.

De fait, ce groupe islamiste armé a été formé à la fin des années 1970 pour combattre l'envahisseur soviétique en Afghanistan. Il est basé dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, au Waziristan du Nord, mais conduit de nombreuses attaques de l'autre côté de la frontière, en Afghanistan et jusqu'à Kaboul.

Les États-Unis tiennent le réseau Haqqani responsable de certaines des attaques les plus spectaculaires et meurtrières perpétrées en Afghanistan ces dix dernières années, dont un attentat contre la base militaire de Camp Chapman fin 2009, où sept agents de la CIA avaient été tués.

Le département d'État accuse aussi Haqqani pour une attaque en septembre 2011 contre l'ambassade des États-Unis à Kaboul et contre le quartier général des forces de l'Otan (Isaf).

Les États-Unis ont lancé en 1984 ce programme «Rewards for Justice» visant à récolter dans les points chauds du globe toutes les informations pouvant conduire à la capture de dizaines d'individus considérés comme des «terroristes» et menaçant l'Amérique.

Ce programme, lancé après le choc des attentats anti-américains en 1983 à Beyrouth et au Koweït, a coûté 125 millions de dollars de récompenses versés à 80 informateurs, lesquels ont permis d'arrêter ou de tuer des dizaines de «terroristes», selon le département d'État.

nr/vog




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer