Corée du Nord: les excuses de Dennis Rodman

Le voyage de Dennis Rodman en Corée du... (PHOTO REUTERS/KYODO)

Agrandir

Le voyage de Dennis Rodman en Corée du Nord, avec d'autres anciennes vedettes de la NBA, a causé quelques remous aux États-Unis, où certains accusent les joueurs de sympathiser avec le dirigeant d'un régime totalitaire.

PHOTO REUTERS/KYODO

Agence France-Presse
Séoul, Corée du Sud

L'ancienne vedette du basket américain Dennis Rodman s'est excusée jeudi pour son éclat télévisé à propos d'un missionnaire américain détenu en Corée du Nord, où le joueur faisait une visite privée, expliquant qu'il était stressé et qu'il avait bu.

Dans une interview à Pyongyang où il a organisé un match devant le dirigeant nord-coréen, Rodman avait insulté un journaliste de la chaîne de télévision américaine CNN qui lui demandait s'il allait s'enquérir du sort du missionnaire, condamné à 15 ans de prison, et mis en cause la réputation de ce dernier.

«Je veux d'abord m'excuser auprès de la famille de Kenneth Bae», le missionnaire américain, a déclaré le joueur réputé pour son excentricité et qui considère le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un comme «un ami pour la vie».

«J'ai embarrassé pas mal de gens», a-t-il ajouté dans un communiqué cité par CNN. «Je suis tout à fait désolé. Je devrais éviter les déclarations politiques. Je suis franchement désolé».

La famille de Kenneth Bae a indiqué dans une déclaration de la soeur du missionnaire, Terri Chung, qu'elle acceptait les excuses de Rodman tout en soulignant que la situation du missionnaire «n'était pas un jeu».

«Notre famille accepte les excuses de Dennis Rodman pour son éclat scandaleux (...). Comme Rodman l'a indiqué, être ivre et stressé n'excuse pas ce qu'il a dit, mais nous admettons qu'il est humain et que tout le monde fait des erreurs», a indiqué Terri Chung.

«Nous espérons et nous prions pour que les commentaires et les bouffonneries de Rodman n'aient pas mis mon frère en danger», a-t-elle ajouté. «Ce n'est pas un jeu», a poursuivi Terri Chung, professeur à Seattle.

Le voyage de Rodman en Corée du Nord, avec d'autres anciennes vedettes de la NBA, a causé quelques remous aux États-Unis, où certains accusent les joueurs de sympathiser avec le dirigeant d'un régime totalitaire.

««J'avais bu. Ce n'est pas une excuse, mais quand l'interview s'est produite, j'étais en colère».»

Dennis Rodman

Le groupe de joueurs a participé à un match d'exhibition mercredi à Pyongyang devant Kim Jong-Un, qui fêtait ce jour-là son anniversaire. Il s'agissait de la quatrième visite de Dennis Rodman en Corée du Nord en un an.

Notice: Lock - mediaid57b51b5b53c24cb38ba8012c8b266976, Date Expiry - 1539866680

Lors des échanges avec le journaliste de CNN, Rodman avait assuré que «Kenneth Bae a(vait) fait un truc» pour mériter les 15 ans de prison.

La famille de Kenneth Bae a exprimé son indignation après cet entretien télévisé. Kenneth Bae, 45 ans, missionnaire et voyagiste, a été arrêté en novembre 2012 pendant un voyage en Corée du Nord.

Dans le communiqué d'excuses, l'ancienne vedette des Chicago Bulls a indiqué que la journée de l'interview avait été «très stressante». «Certains joueurs s'en allaient, sous la pression de leurs familles ou de leurs partenaires commerciaux», a-t-il dit, ajoutant : «la diplomatie du basketball était en train de s'effriter».

«J'avais bu», a-t-il encore dit. «Ce n'est pas une excuse, mais quand l'interview s'est produite, j'étais en colère.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer