Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, qui a fait une visite-surprise ce week-end en Afghanistan, se rendra lundi au Pakistan afin de discuter avec le premier ministre Nawaz Sharif de la paix en Afghanistan à l'approche du retrait de l'OTAN, a indiqué dimanche son porte-parole.

Publié le 8 déc. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Il s'agira de la première visite en quatre ans d'un secrétaire à la Défense au Pakistan, pays qui entretient des relations houleuses avec Washington dues entre autres aux frappes de drones dans les fiefs talibans du nord-ouest du pays.

Le gouvernement pakistanais avait d'ailleurs accusé le mois dernier les États-Unis d'avoir saboté le processus de paix en gestation avec les talibans pakistanais du TTP en éliminant leur chef Hakimullah Mehsud par un tir de drone.

En réaction à cette frappe, des manifestants ont commencé à bloquer le passage de convois de l'OTAN par le nord-ouest du Pakistan ce qui a poussé Washington à suspendre le transport de matériel par ces régions.

Chuck Hagel avait rencontré M. Sharif lors de la visite de ce dernier cet automne à Washington. Il espère poursuivre des discussions «productives à propos de notre important partenariat stratégique et des manières d'affronter nos menaces communes», a déclaré son porte-parole Carl Woog.

«Après son voyage en Afghanistan, le secrétaire Hagel espère aussi discuter avec le premier ministre Sharif et d'autres hauts responsables pakistanais de l'intérêt commun des États-Unis et du Pakistan en faveur d'un Afghanistan stable», a-t-il ajouté.

À l'approche du retrait de l'OTAN, fin 2014, le Pakistan est considéré comme un joueur clé dans le processus de paix en Afghanistan en raison de ses relations historiques avec les talibans.

Depuis le début de l'année, le Pakistan a libéré de nombreux talibans afghans emprisonnés sur son sol, dont le mollah Baradar, ex-numéro deux de la rébellion islamiste, dans l'espoir qu'ils puissent convaincre leurs frères d'armes de joindre des pourparlers de paix avec le gouvernement de Kaboul.

Lors de sa visite en Afghanistan, Chuck Hagel a rencontré des soldats américains et le ministre afghan de la Défense avec lequel il a discuté de l'accord bilatéral de sécurité (BSA) encadrant la présence de troupes américaines en sol afghan après 2014.

Le président Hamid Karzaï refuse de signer cet accord négocié laborieusement par les deux pays. Mais le ministre de la Défense Bismullah Mohammadi «m'a assuré que le BSA serait signé dans un délai raisonnable», a déclaré samedi soir M. Hagel à l'issue de cet entretien.