Deux cousins tibétains se sont immolés par le feu jeudi dans le nord-ouest de la Chine, le septième cas dans la région en une semaine, a annoncé dimanche l'organisation de défense des Tibétains Free Tibet.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les deux hommes, Tsepo, 20 ans et Tenzin, 25 ans, ont appelé à l'indépendance du Tibet en s'immolant devant un bâtiment gouvernemental dans leur village, au nord de la capitale régionale, Lhassa, selon l'organisation basée à Londres.

Un des cousins est décédé durant son transport à l'hôpital, mais le sort du second n'était pas immédiatement connu, a précisé Free Tibet dans un communiqué.

«Cela a pris deux jours pour que nous soyons informés de ce dernier acte de protestation», a déclaré sa directrice, Stephanie Brigden.

«Les forces de sécurité chinoises ont été déployées en nombre à travers (la région) (...). Les Tibétains ont peur de parler de ce qu'il se passe parce qu'ils craignent que leurs communications ne soient surveillées par le gouvernement», a-t-elle dit.

L'AFP a tenté, sans succès, de joindre les autorités du comté de Driru où ont eu lieu ces immolations.

Environ 60 Tibétains, pour la plupart des moines ou religieuses bouddhistes, se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire en Chine depuis février 2009 pour protester contre la politique des autorités chinoises au Tibet, selon Free Tibet. Seule une petite minorité d'entre eux ont survécu à leurs blessures.

De nombreux Tibétains dénoncent la répression visant selon eux leur religion et leur culture ainsi que l'installation massive des Hans, l'ethnie majoritaire en Chine, dans les régions traditionnellement tibétaines.

Des accusations rejetées par Pékin, qui met en exergue les investissements consacrés à la modernisation du Tibet.