Dix neuf civils fuyant les combats au Sri Lanka ont été tués mardi par les rebelles tamouls, a accusé l'armée qui mène son offensive finale contre les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) acculés dans un recoin de jungle dans le nord-est de l'île.

Mis à jour le 10 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Soixante-neuf Tamouls ont également été blessés, parmi lesquels 27 femmes et 11 enfants, a affirmé le porte-parole de l'armée, le général Udaya Nanayakkara.

Ceux qui ont échappé à cette attaque présumée sont arrivés à un poste de contrôle militaire et ont raconté que les Tigres avaient ouvert le feu sur une colonne de 1000 personnes tentant de franchir la ligne de front, a dit l'officier.

Ces personnes «transportaient des cadavres et des personnes blessées par balles», a indiqué le militaire en précisant que 12 hommes, cinq femmes et deux enfants avaient été abattus.

Quelque 25 000 civils tamouls ont fui depuis près d'une semaine la zone de guerre, mais 100 000 seraient encore coincés et serviraient de «boucliers humains» aux insurgés, affirme l'armée.

«De plus en plus de gens se réfugient de notre côté», en territoire gouvernemental, tandis que «les Tigres tirent des obus de mortier sur les routes empruntées par les civils qui veulent échapper aux combats», a assuré le général sri lankais.

Renvoyant les deux camps dos à dos, l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estiment qu'environ 200 000 résidents tamouls seraient pris au piège des accrochages et que «plusieurs centaines» ont déjà été tués depuis le 1er janvier.

Les assertions des militaires ou de leurs antagonistes sur le sort des civils, sur les mouvements de populations ou sur les percées de l'armée en territoire rebelle sont invérifiables: aucun journaliste n'a accès à la zone du conflit et seuls quelques employés du CICR peuvent s'y rendre.

Alors que les LTTE ont quasiment perdu la guerre dans le nord-est du Sri Lanka, une femme kamikaze appartenant à la rébellion s'était fait exploser lundi à l'entrée d'un camp de réfugiés tamouls dans un secteur dont les troupes de Colombo viennent de prendre le contrôle.

Trente personnes ont perdu la vie dans cet attentat suicide.