Les services de contre-terrorisme américain soupçonnent que les attentats sanglants de Bombay aient été fomentés par un groupe basé au Cachemire, qui pourrait être Lashkar-e-Taiba, a indiqué samedi à l'AFP un de leurs responsables, sous couvert de l'anonymat.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Certaines des informations récoltées jusqu'ici pointent en direction d'une connection au Cachemire», a déclaré ce responsable du contre-terrorisme, tout en assurant qu'il était «trop tôt pour tirer des conclusions définitives». «Cela va au-delà du fait que certaines caractéristiques des attentats correspondent au genre de choses perpétrées par le passé par des groupes venant du Cahemire», a-t-il expliqué, tout en refusant de donner des précisions.

«En ce moment, les gens regardent de très près Lashkar-e-Taiba», un groupe fondamentaliste musulman basé au Pakistan luttant contre la présence indienne au Cachemire, connu pour avoir attaqué le Parlement indien en 2001, précipitant l'Inde et le Pakistan au bord d'une nouvelle guerre.

Selon l'agence PTI, citant des sources officielles, trois extrémistes, dont un Pakistanais, appartenant au Lashkar-e-Taiba ont été arrêtés à l'hôtel Taj Mahal, l'une des cibles des attentats de Bombay.

Le Lashkar a démenti dès jeudi toute implication.

L'Inde a ouvertement accusé le Pakistan d'être impliqué d'une manière ou d'une autre dans ces attaques très bien orchestrées. Islamabad est fréquemment accusé par son rival d'être derrière les attentats perpétrés sur son sol, ou au moins de soutenir les groupes qui les commettent.

D'après le responsable américain, Lashkar-e-Taiba a effectivement bénéficié «par le passé» du soutien des services de renseignement pakistanais et «s'est parfois entraîné avec Al-Qaeda».

Les forces de sécurité indiennes ont mis fin samedi à Bombay à plus de deux jours d'attaques menées par des extrémistes islamistes qui ont fait au moins 195 morts, dont 27 étrangers.

Les attaques de Bombay avaient été revendiquées mercredi soir par un groupe islamiste inconnu, les Moujahidine du Deccan.