(Shanghai) Shanghai a enregistré samedi une forte augmentation des cas de COVID-19, mais les autorités étaient déterminées à éviter un confinement de la ville pour ne pas porter préjudice à l’économie, selon un responsable local.  

Publié le 26 mars
Agence France-Presse

« Si Shanghai, notre ville, s’arrêtait complètement, de nombreux cargos internationaux se retrouveraient dans la mer de Chine orientale », a déclaré Wu Fan, expert médical au sein du groupe de travail sur la pandémie de la ville.

« Cela aurait un impact sur l’ensemble de l’économie nationale et sur l’économie mondiale » a-t-il poursuivi, durant une conférence de presse quotidienne samedi dans la mégapole portuaire.

Des millions de Chinois ont été soumis à des confinements locaux dans plusieurs villes du pays touchées par le virus, après que le variant Omicron a fait bondir le nombre de cas.  

Shanghai, où vivent 25 millions d’habitants, cherche cependant à minimiser les perturbations avec une approche plus ciblée, marquée par des confinements de 48 heures de certains quartiers.  

PHOTO ALY SONG, REUTERS

Les responsables de Shanghai ont annoncé la distribution de kits de test antigènes rapides aux habitants.  

Dans le nord-est du pays, la province de Jilin a également déclaré samedi commencer à distribuer 500 000 autotests.  

Shanghai et Jilin sont actuellement les régions les plus durement touchées par l’épidémie.   

La Chine a largement maîtrisé le coronavirus, apparu pour la première fois dans la ville de Wuhan fin 2019, grâce à une politique « zéro-COVID-19 » de mesures sanitaires draconiennes.  

Mais cette approche est de plus en plus remise en question pour son impact économique et la « fatigue pandémique » ressentie par la population.  

La Commission nationale de la santé a lancé la vente de tests antigènes rapides en pharmacie il y a deux semaines, mais les annonces de samedi semblent marquer leur première utilisation à grande échelle dans le cadre des mesures officielles de lutte contre la pandémie.  

Samedi, la Chine a enregistré 5600 nouveaux cas domestiques confirmées, pour la plupart asymptomatiques.  

Les autorités chinoises ont observé avec nervosité la vague d’Omicron à Hong Kong, qui a fait un grand nombre de victimes parmi les personnes âgées non vaccinées.

Sa propagation ultérieure en Chine continentale a posé un dilemme aux autorités, qui se demandent avec quelle force elles doivent réagir.  

Mercredi, l’expert en maladies infectieuses de Shanghai, Zhang Wenhong, l’un des principaux médecins de la ville dans la lutte contre la pandémie, a appelé à un équilibre entre mesures sanitaires et maintien d’une « vie normale ».  

Shanghai n’a pour l’instant pas réussi à empêcher l’augmentation des cas, faisant état samedi de 2269 nouveaux cas locaux.