(Pékin) Un journal officiel chinois a accusé Washington « d’inciter » des sportifs à « créer des perturbations » pendant les JO-2022 de Pékin, notamment en les payant, une accusation fermement démentie samedi par l’ambassade américaine.

Publié le 29 janvier
Agence France-Presse

Dans un contexte de « boycottage diplomatique » des Jeux par les États-Unis au nom de la protection des Ouïghours, l’article du quotidien anglophone China Daily se base sur des « sources bien informées » qui entendent dénoncer un « complot ».

Des « forces anti-chinoises » sur le sol américain « incitent les sportifs » de plusieurs pays « à exprimer leur mécontentement envers la Chine, à adopter une attitude passive durant les compétitions voire à refuser de participer » aux Jeux, affirme le journal.

En contrepartie, Washington leur « offrira une compensation », dénoncent ces sources qui accusent les États-Unis de vouloir « créer des perturbations pendant les Jeux afin de politiser l’évènement ».

Les autorités américaines ont fermement démenti ces accusations.

« Nous n’avons pas coordonné et nous ne coordonnons aucune campagne mondiale en rapport avec la participation aux Jeux olympiques », a indiqué un porte-parole de l’ambassade des États-Unis à Pékin dans un courriel adressé à l’AFP.

« Les sportifs américains ont le droit de s’exprimer librement, conformément à l’esprit et à la charte des Jeux olympiques, qui incluent la promotion des droits de l’Homme », a poursuivi ce porte-parole.

Au nom des violations des droits de l’Homme en Chine, notamment contre la minorité musulmane des Ouïghours, les États-Unis ont convaincu quelques alliés occidentaux, dont le Canada, l’Australie et le Royaume-Uni, de mener un « boycottage diplomatique » des JO-2022.

Ces pays n’enverront aucun responsable à Pékin pour assister vendredi à la cérémonie d’ouverture. Leurs sportifs, en revanche, participeront bien aux compétitions.

Avec cet article du China Daily, Pékin cherche à « détourner l’attention » du public « de son scandaleux bilan en matière de droits de l’Homme », a encore estimé l’ambassade des États-Unis.

« Nous attendons de la (Chine) qu’elle assure la sécurité et le bien-être de nos sportifs – et de tous les sportifs – participant aux Jeux de Pékin et qu’elle respecte leurs droits de l’Homme et leurs libertés fondamentales. »

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, avait déjà exhorté jeudi les États-Unis à « cesser de perturber » les JO de Pékin, lors d’un appel téléphonique avec son homologue américain Antony Blinken.