(Washington) Les États-Unis ont imposé mercredi des sanctions financières à cinq Nord-Coréens liés au programme d’armes de destruction massive de Pyongyang, après ses derniers tirs de missiles balistiques.

Mis à jour le 12 janvier
Agence France-Presse

« Les derniers tirs de missiles de la Corée du Nord constituent de nouvelles preuves qu’elle continue de développer ses programmes interdits en dépit des appels de la communauté internationale en faveur de la diplomatie et de la dénucléarisation », a déclaré un sous-secrétaire au Trésor américain, Brian Nelson, dans un communiqué.

Les cinq personnes visées par ces sanctions sont présentées comme « responsables d’avoir fourni » à la Corée du Nord des biens pour ses « programmes d’armes de destruction massive et de missiles balistiques ».

Domiciliés en Russie et en Chine

L’un d’entre eux, Choe Myong Hyon, est installé en Russie et est lié une institution nord-coréenne déjà sanctionnée pour son implication dans le développement d’armes par le pays reclus. Les quatre autres, Sim Kwang Sok, Kim Song Hun, Kang Chol Hak et Pyon Kwang Chol, liés à cette même institution, sont installés en Chine.

Parallèlement, le Trésor américain a sanctionné le Nord-Coréen O Yong Ho, le Russe Roman Anatolievitch Alar et l’entité russe Parsek pour des « activités ou transactions qui ont contribué matériellement à la prolifération d’armes de destruction massive » par la Corée du Nord.

Les éventuels avoirs de toutes ces personnes aux États-Unis sont gelés et leur accès au système financier américain sera bloqué.

Pyongyang a affirmé avoir procédé cette semaine à l’essai réussi d’un missile hypersonique, pour la troisième fois depuis septembre. Washington a condamné le tir de mardi, estimant qu’il viole les résolutions de l’ONU et constitue une « menace » pour « la communauté internationale ».