(Hong Kong) Le gouvernement de Hong Kong a fermement mis en garde le média américain Wall Street Journal après la publication d’un éditorial critique sur la prochaine élection du Conseil législatif de la ville.

Publié le 6 déc. 2021
Agence France-Presse

Le journal a affirmé dans un éditorial daté du 29 novembre que le vote à bulletin blanc était l’un « des derniers moyens pour les Hongkongais d’exprimer leurs opinions politiques ».   

Le secrétaire aux affaires constitutionnelles et continentales de Hong Kong, Erick Tsang, s’est dit « choqué » de lire cette phrase et a prévenu que Hong Kong interdisait « toute incitation à ne pas voter, voter blanc ou déposer un bulletin invalide » dans les urnes.

« Nous nous réservons le droit de prendre les mesures nécessaires », a déclaré M. Tsang dans sa lettre d’avertissement au quotidien conservateur américain, « que l’incitation soit faite à Hong Kong ou à l’étranger ».

Cet avertissement intervient alors que le parti communiste chinois resserre l’étau sur le centre d’affaires international.

M. Tsang, s’était déjà indigné contre un éditorial publié par le journal la semaine dernière, intitulé « Hong Kong dit “vote, ou alors…” », sous-entendant que la région semi-autonome imposait les élections de décembre sous la contrainte.   

Le gouvernement chinois a imposé en début d’année un nouveau système politique à Hong Kong où toutes les personnes qui se présentent à un poste public doivent faire l’objet d’une vérification de leur loyauté politique et d’une habilitation « à ne pas constituer une menace pour la sécurité nationale ».

Pékin est sensible à tout ce qui pourrait jeter le doute sur ce nouveau système dit « réservé aux patriotes ».

La réforme a aussi limité à moins du quart le nombre de membres du conseil législatif qui seront directement élus par les résidents de Hong Kong, les autres étant désignés par un comité électoral trié sur le volet ou choisis par des groupes d’intérêts spéciaux acquis aux dirigeants prochinois.  

Le gouvernement hongkongais a averti que quiconque encouragerait au boycottage des élections serait poursuivi.

Mais cette loi ne rend pas illégal le simple fait de ne pas voter ou de voter blanc.

La majorité des figures de l’opposition prodémocratique de la ville ont été emprisonnés ou contraints de s’exiler à l’étranger, alors que d’autres se sont vu interdire de participer aux élections du 19 décembre ou ont refusé de se présenter.  

Deux militants de Hong Kong vivant à l’étranger sont sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par les autorités pour avoir appelé les gens, sur les réseaux sociaux, à ne pas voter à l’élection du Conseil législatif.

Dans son édito, le Wall Street Journal a déclaré que de telles mesures montraient que la Chine « écrasait l’autonomie qu’elle avait promise » à Hong Kong et qu’elle « essayait d’imposer sa répression politique même à l’étranger ».