(Lumajang) Les sauveteurs ont multiplié les efforts dimanche pour retrouver des survivants de l’éruption spectaculaire du volcan Semeru, en Indonésie, qui a fait au moins 14 morts et des dizaines de blessés, selon un dernier bilan.

Publié le 5 déc. 2021
Juni Kriswanto Agence France-Presse

Le volcan situé dans l’est de l’île de Java a projeté un vaste panache de cendres samedi, déclenchant la panique chez les habitants des villages environnants, et a recouvert la région autour du cratère d’une épaisse couche grise.

PHOTO ANTARA FOTO VIA REUTERS

Au moins 11 villages du district de Lumajang ont été recouverts d’une épaisse couche de cendres, qui a enseveli presque complètement certaines habitations et véhicules, et tué du bétail. Plus de 1300 personnes ont été évacuées et ont dû trouver des abris temporaires dans des écoles, des salles municipales ou des mosquées.

PHOTO ANTARA FOTO VIA REUTERS

Vue sur le village de Sumber Wuluh

« Nous ne savions pas que c’était des flots de boue brûlante », a expliqué Bunadi, un habitant du village de Kampung Renteng. « Tout d’un coup, le ciel est devenu sombre et des pluies et de la fumée brûlante sont arrivées ».

Les projections de cendres du volcan ont pris les habitants par surprise samedi. Des vidéos ont montré des villageois s’enfuir en courant devant le nuage gris grandissant.  

« Le nombre des victimes décédées a atteint 14 personnes », a indiqué le porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes, Abdul Muhari, au cours d’un briefing télévisé dimanche soir, soit une de plus qu’en début de journée.  

L’éruption a fait au total au moins 56 blessés, dont 41 atteintes par des brûlures, selon l’agence.

PHOTO ANTARA FOTO VIA REUTERS

Des blessés sont soignés dans un hôpital de Lumajang.

Difficultés pour les sauveteurs

Le président indonésien Joko Widodo a ordonné aux services de secours de tout faire pour venir en aide aux victimes quand l’ampleur de la catastrophe s’est révélée, a indiqué Pratikno, le secrétaire d’État à la présidence.

Une dizaine de personnes piégées par l’éruption ont été sorties par les services de secours d’une mine de sable où elles étaient restées bloquées.  

Mais les évacuations ont dû être temporairement suspendues dimanche à cause de nuages de cendres brûlantes, selon la chaîne Metro TV, soulignant les difficultés auxquelles font face les sauveteurs.

PHOTO JUNI KRISWANTO, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un secouriste regarde un nuage de cendres brûlantes lors de recherches effectuées dans le village de Sumber Wuluh.

De fortes pluies prévues ces prochains jours pourraient encore compliquer les opérations, a indiqué le service météorologique.

La plupart des victimes de brûlures ont pris les flots de boue, charriant de la cendre et des débris, pour des inondations, et ont choisi de rester dans leur village sous-estimant les risques, a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police de Lumajang Adi Hendro. « Ils n’ont pas eu le temps de s’enfuir. »

Les autorités recherchaient encore neuf personnes dont on est sans nouvelles.

Scène de désolation

Les images des villages des environs du cratère montrent des scènes de désolation, avec des toits et des palmiers émergeant des cendres et des débris recouvrant le sol, dans un paysage devenu gris sombre.

Dans le village de Kampung Renteng, « 10 personnes ont été emportées par les flots de boue », a déclaré Salim, un habitant.

« L’un d’entre eux a failli être sauvé. On lui a dit de s’enfuir, mais il a dit “ je ne peux pas, qui va nourrir mes vaches ? ”. »

Les autorités ont demandé aux habitants de ne pas s’approcher à moins de 5 km du cratère car l’air saturé de poussières de cendre dans la zone est dangereux pour les personnes vulnérables.

Mais les villageois dans plusieurs localités tentaient, malgré les risques, de sauver quelques biens de leurs maisons détruites, emportant matelas et meubles sur leurs épaules, tandis que d’autres portaient dans leurs bras des chèvres qui avaient survécu au cataclysme.

Le chef du centre de volcanologie a indiqué que ses services avaient averti dès jeudi d’une activité et de risques accrus pour le volcan Semeru, plus haut sommet de Java, qui culmine à 3676 mètres.  

Sa dernière éruption majeure date de décembre 2020. Elle avait aussi provoqué la fuite de milliers de personnes et recouvert des villages entiers. Les autorités avaient maintenu depuis cet épisode le niveau d’alerte du volcan au deuxième le plus élevé.  

L’Indonésie est située sur la « ceinture de feu » du Pacifique, où la rencontre des plaques continentales provoque une activité sismique élevée. L’archipel du Sud-Est asiatique compte près de 130 volcans actifs sur son territoire.  

Fin 2018, l’éruption d’un volcan entre les îles de Java et de Sumatra avait causé un glissement de terrain sous-marin et un tsunami, tuant près de 400 personnes.