(Lahore) L’épais nuage de smog qui enveloppait mercredi la capitale culturelle du Pakistan a brièvement valu à Lahore le titre peu enviable de ville la plus polluée du monde, selon une entreprise suisse de surveillance de la pollution atmosphérique.

Associated Press

La plateforme IQAir a indiqué que Lahore prenait la première place avec un score de qualité de l’air de 203 sur l’échelle AQI. New Delhi, en Inde, arrivait en deuxième place avec un score de 183.

On note toutefois que la situation évolue constamment. Le score de Delhi a ainsi bondi à 257 mercredi, pendant que celui de Lahore reculait à 190. Un peu plus tard, Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie, avait pris la première place avec un score de 205, tout juste devant Dacca, au Bangladesh, à 204. Lahore et Delhi suivaient.

La détérioration de la qualité de l’air rend malades des milliers de personnes qui souffrent de problèmes de santé, respiratoires ou autres, et plusieurs sont contraints de rester à la maison lors des pires journées, comme celle de mercredi.

La ville occidentale avec la pire qualité de l’air mercredi était Londres, qui prenait la 16e place avec un score de 111. Les 15 premières places étaient toutes occupées par des villes asiatiques, à l’exception de Téhéran, en Iran, et de Tel-Aviv, en Israël, qui se classaient respectivement 9e et 14e.

Los Angeles était la pire ville nord-américaine au chapitre de la pollution atmosphérique mercredi, avec un score 70, bon pour la 42e place.

Lahore était jadis une ville de jardins, surtout entre les 16e et 19e siècles. Une explosion de l’urbanisation et de la population ne laisse toutefois plus de place à la verdure dans la ville, la deuxième plus grande du pays après Karachi.

Les médecins recommandent le port du masque à la population pour éviter les maladies respiratoires.