(Bratislava) Tout conflit entre Taipei et Pékin serait « un désastre, non seulement pour Taïwan, mais aussi pour la Chine et le reste du monde », a déclaré mardi à l’AFP le ministre taïwanais des Affaires étrangères.

Agence France-Presse

En visite en Slovaquie, Joseph Wu a estimé que la Chine pourrait accroître les tensions avec Taïwan pour « détourner l’attention nationale » du ralentissement économique et des pénuries d’énergie.  

Les tensions sont montées en flèche avec l’intensification des incursions aériennes chinoises près de l’île, une démocratie autonome, gouvernée séparément depuis la prise du pouvoir par les communistes à Pékin en 1949. Le régime communiste considère Taïwan comme une de ses provinces destinées à revenir dans son giron, au besoin par la force.

« La théorie classique des régimes autoritaires est que, chaque fois qu’il y a une crise intérieure, ils aiment créer des crises extérieures pour en détourner l’attention intérieure », a constaté M. Wu, après avoir fait un discours devant Globsec, un groupe de réflexion slovaque sur les affaires internationales.  

« Si vous regardez la situation actuelle de la Chine en interne, l’économie a ralenti et les sanctions occidentales contre la Chine semblent faire des ravages, et puis, ces derniers mois, nous avons vu qu’il y a une grave pénurie d’énergie », a-t-il précisé. « La menace est là et la menace s’aggrave ».  

Dans son discours à Bratislava, M. Wu a appelé au renforcement des liens économiques via une « chaîne d’approvisionnement démocratique », évoquant en particulier le potentiel de Taïwan pour aider l’industrie automobile, l’épine dorsale de l’économie slovaque.  

« Le fait d’avoir des fournisseurs fiables, partageant la même foi dans la démocratie et la liberté, permettra de dynamiser nos économies. C’est particulièrement important à l’heure où les régimes autoritaires instrumentalisent le commerce et orchestrent des coercitions contre les démocraties », a-t-il insisté.  

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, avait auparavant protesté contre la visite de M. Wu en Slovaquie et en République tchèque voisine.  

« La Chine s’oppose fermement à la connivence de ces pays avec les séparatistes indépendantistes de Taïwan et exige que les pays concernés respectent le principe d’une seule Chine et ne fournissent pas de plateforme aux activités des séparatistes indépendantistes de Taïwan », avait-il déclaré.  

La visite de M. Wu vise à renforcer les liens commerciaux et économiques avec ces deux pays ainsi qu’avec la Lituanie. Cet autre État membre de l’UE a déclenché un conflit diplomatique avec la Chine en acceptant de laisser Taïwan ouvrir un bureau de représentation sous son propre nom et a quitté le forum de coopération 17+1 entre la Chine et l’Europe centrale et orientale, le qualifiant de source de division.