(Taipei) Le président chinois Xi Jinping a qualifié dimanche de « maussades » les relations entre Pékin et Taipei, et pressé le principal parti d’opposition de Taïwan d’aider la Chine à obtenir « l’unification du pays ».

Agence France-Presse

La Chine considère Taïwan comme faisant partie de son territoire et a juré d’en reprendre le contrôle, par la force si nécessaire.

Xi Jinping est le leader chinois le plus belliqueux sur ce sujet depuis Mao Tsé-toung, estimant la reprise de ce territoire « inévitable ».

Dans une lettre félicitant Eric Chu pour son élection à la tête du Kuomintang (KMT), parti favorable à un rapprochement avec Pékin, Xi Jinping indique que le Parti communiste chinois et le KMT ont « par le passé insisté sur le “Consensus de 1992” et l’opposition à l’“indépendance de Taïwan” […] pour promouvoir des relations plus pacifiques des deux côtés du détroit » qui sépare les deux pays.

« Actuellement, la situation dans le détroit de Taïwan est complexe et maussade », poursuit-il, dans cette lettre publiée par le KMT, pressant les deux partis de travailler à la paix et à « l’unification du pays ».  

Les relations entre la Chine et Taïwan se sont nettement réchauffées sous la présidence de Ma Ying-jeou, membre du KMT, entre 2008 et 2016, le parti taïwanais ayant accepté un accord dit « Consensus de 1992 », qui affirme que les deux territoires appartiennent à une seule Chine, sans spécifier qui de Pékin ou Taipei en est le représentant légitime.

Depuis l’élection en 2016 de la présidente Tsai Ing-wen, qui considère Taïwan comme une nation souveraine, Pékin a en revanche intensifié la pression économique, militaire et diplomatique sur l’île.

Dans sa réponse à la lettre de Xi Jinping,  Eric Chu estime que le PCC et le KMT devraient « chercher une base commune et respecter leurs différences » pour promouvoir la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan.