(Calcutta) Deux pêcheurs ont trouvé la mort en Inde sur le passage du cyclone Gulab, qui s’abat depuis dimanche sur l’est du pays accompagné de vents violents et de pluies abondantes, entraînant l’évacuation de dizaines de milliers de personnes.

Agence France-Presse

Le cyclone Gulab a touché terre entre les États côtiers d’Odisha et d’Andhra Pradesh juste après 18 h, heure locale, avec des rafales pouvant atteindre 95 km/h, a annoncé le département météorologique indien.

Les deux pêcheurs ont trouvé la mort suite au chavirage de leur bateau, qui reliait l’Odisha à Andhra Pradesh, selon les médias locaux.

Trois autres pêcheurs ont réussi à nager jusqu’au rivage et une sixième personne présente sur l’embarcation est toujours portée disparue, selon le journal Indian Express.

Venue du golfe du Bengale, la tempête est accompagnée de « pluies extrêmement violentes », selon le bureau météorologique, qui a alerté sur un « risque de crue soudaine dans certaines régions ».  

L’intensité de Gulab devrait toutefois diminuer « dans les prochaines heures », a-t-il ajouté.

Des témoignages ont également fait état d’arbres déracinés dans le district côtier de l’Andhra Pradesh, où quelque 110 000 familles ont été déplacées vers des abris de secours temporaires dans l’État.

Préventivement, les autorités des États menacés avaient demandé aux personnes vivant près du littoral de se replier vers des abris et des centaines de secouristes ont été envoyés dans la région.

PHOTO FORCE NATIONALE D’INTERVENTION EN CAS DE CATASTROPHE VIA ASSOCIATED PRESS

Un cyclone accompagné de vents violents et de pluies a commencé à toucher la côte est de l’Inde dimanche.

Les autorités du Bengale occidental, au nord d’Odisha, ont indiqué qu’elles aussi allaient prendre des précautions, même si l’État ne devrait pas être touché directement.

« Nous avons déjà évacué plus de 20 000 personnes dans des écoles et des bâtiments gouvernementaux transformés en abris anticyclone », a déclaré à l’AFP un des responsables de l’État, Bankim Hazra.

Le nord de l’océan Indien est de plus en plus régulièrement et sévèrement frappé par des cyclones, un phénomène que les scientifiques attribuent au réchauffement climatique.

En mai, le cyclone Yaas, avec des rafales atteignant les 155 km/h avait laissé derrière lui des milliers d’Indiens sans-abri et fait au moins 20 morts.

Les dégâts s’étaient élevés à plus de deux milliards de dollars dans l’Odisha, le Bengale occidental et le Bangladesh voisin.