(Washington) Les États-Unis ont annoncé samedi que 2,5 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 étaient en route vers l’île de Taïwan, longtemps érigée en modèle de bonne gestion de la pandémie, mais en proie à un pic d’infections, au risque de susciter l’ire de Pékin.

Agence France-Presse

« Notre don de 2,5 millions de doses de vaccins est en route vers Taïwan, dont le partenariat sanitaire avec les États-Unis a permis de sauver des vies ici, et à travers le monde », a annoncé Ned Price, le porte-parole de la diplomatie américaine, sur Twitter.

C’est le triple de ce qu’une délégation de sénateurs américains en visite sur l’île avait promis début juin.

« Merci aux États-Unis pour cette preuve touchante d’amitié. Ces vaccins contribueront considérablement à préserver la sécurité et la santé de Taïwan », a salué sa présidente Tsai Ing-Wen.

Taïwan, qui est exclu de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avait été salué à l’étranger pour l’efficacité de sa réponse initiale à la pandémie, avec l’an passé des contaminations très limitées.

Mais l’île de 23 millions d’habitants est confrontée à un très fort regain épidémique et accuse Pékin d’entraver ses efforts pour obtenir des antidotes.

La Chine revendique Taïwan, qu’elle considère comme une de ses provinces, et s’efforce de maintenir l’île isolée sur le plan diplomatique.

Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 afin de reconnaître Pékin comme le seul représentant officiel de la Chine. Mais les États-Unis restent l’allié le plus puissant de Taïwan et son fournisseur d’armes numéro un.