(Thimphou) Au moins 13 personnes sont mortes au Bhoutan et au Népal et plusieurs autres sont portées disparues à la suite de pluies de mousson torrentielles qui ont provoqué des glissements de terrain et inondé des habitations, ont annoncé les autorités jeudi.

Agence France-Presse

Dix cueilleurs de cordyceps – un champignon apprécié pour ses propriétés aphrodisiaques présumées – sont morts lorsque leur camp de montagne isolé au nord de Thimphou, la capitale du Bhoutan, a été emporté par les eaux tôt mercredi.

Cinq autres ont été blessés et se trouvent dans un état stable à l’hôpital, ont indiqué les autorités.

Le premier ministre du Bhoutan, Lotay Tshering, a adressé ses prières et présenté ses condoléances, indiquant qu’une équipe de secours avait été envoyée sur place.

« J’appelle instamment tous les habitants du pays à éviter de se rendre au bord de la rivière ou y camper, et à être prudents face à de tels accidents pendant la mousson », a-t-il ajouté dans un message sur Facebook.

Au Népal, les corps de deux travailleurs chinois ont été retrouvés jeudi à Sindhupalchok, près de la capitale Katmandou, portant à trois le nombre total de victimes des inondations dans le district.

Leurs corps ont été retrouvés à plus d’une centaine de kilomètres de l’endroit où ils avaient été emportés par la crue du fleuve Melamchi, ont indiqué les autorités.

Treize autres personnes sont toujours portées disparues, tandis que des centaines d’autres ont été déplacées, ont-elles ajouté.

« Nous voyons encore des possibilités de retrouver en vie les personnes disparues, car certaines d’entre elles pourraient avoir cherché refuge dans des endroits plus sûrs », a déclaré à l’AFP Arun Pokharel, le chef du district local.

Plus de 70 personnes ont été secourues. Mais les opérations de sauvetage ont été entravées par des pannes de télécommunications dans la région, a indiqué M. Pokharel.

La saison annuelle de la mousson est cruciale pour reconstituer les réserves d’eau dans toute l’Asie du Sud, mais elle est aussi source de décès et de destructions.

Le nombre d’inondations et de glissements de terrain meurtriers a augmenté ces dernières années au Népal. Selon les experts, le changement climatique et la construction de nouvelles routes pourraient être à l’origine de ces catastrophes.

Plus de 200 personnes ont été tuées dans des glissements de terrain et des inondations pendant la mousson l’année dernière au Népal.