(Washington) Joe Biden s’est engagé lundi à renforcer encore les relations entre les États-Unis et l’Inde lors de son premier entretien avec le premier ministre Narendra Modi, évoquant le changement climatique et les valeurs « démocratiques » parmi les priorités communes des deux puissances.

Agence France-Presse

Le président américain a parlé au téléphone avec le dirigeant indien, dans la droite ligne des bonnes relations instaurées par son prédécesseur Donald Trump, qui avait fait une visite d’État en Inde il y a un an, lors de son dernier voyage à l’étranger. Le précédent gouvernement considérait New Delhi comme un allié majeur dans sa ligne dure face à la Chine.

Joe Biden a aussi évoqué avec Narendra Modi la lutte contre le changement climatique, une de ses priorités en rupture avec l’ex-président républicain.

Les deux hommes se sont engagés à « travailler étroitement ensemble pour remporter le combat contre la pandémie de COVID-19, renouveler leur partenariat sur le changement climatique, reconstruire l’économie mondiale dans l’intérêt des peuples des deux pays et contrer ensemble le terrorisme international », a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué.

Les services du premier ministre indien ont dit que ce dernier avait salué l’accent mis par Joe Biden sur les questions climatiques, et qu’il participerait au sommet sur le climat que le président américain veut organiser en avril.

L’Inde, troisième émetteur de dioxyde de carbone après la Chine et les États-Unis, estime que les pays émergents ne peuvent pas être soumis aux mêmes règles que les pays riches.

La Maison-Blanche a aussi dit que Joe Biden avait « souligné son désir de défendre les institutions et normes démocratiques à travers le monde », assurant qu’un « engagement partagé en faveur des valeurs démocratiques était à la base des relations » bilatérales.

Malgré le soutien des États-Unis envers l’Inde, des élus du parti démocrate du nouveau président américain ont critiqué le nationalisme hindou de Narendra Modi.