(Washington) Un groupe de sénateurs américains propose de déclarer la Chine coupable de « génocide » des Ouïghours et d’autres communautés musulmanes turcophones victimes d’une répression massive dans l’ouest de la Chine.

Agence France-Presse

La résolution a été déposée par des élus des deux partis, mais il est peu probable qu’elle soit approuvée rapidement car le Sénat américain est en vacances parlementaires jusqu’à l’élection présidentielle du 3 novembre.

Le texte précise que la campagne de répression de la Chine « contre les Ouïghours, les Kazakhs, les Kirghizes et les membres d’autres groupes minoritaires musulmans dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang constitue un génocide ».

« Cette résolution reconnaît ces crimes pour ce qu’ils sont et elle représente la première étape pour faire rendre des comptes à la Chine pour ses actes monstrueux », a déclaré le sénateur John Cornyn en la présentant.

Le démocrate Jeff Merkley a noté que ce texte montrerait que les États-Unis « ne peuvent pas rester silencieux ».

« Les attaques de la Chine contre les Ouïghours et d’autres groupes minoritaires musulmans — surveillance, emprisonnement, torture et “camps de rééducation” forcée —, c’est un génocide pur et simple », a-t-il ajouté.

Les groupes de défense des droits humains affirment que plus d’un million de Ouïghours sont détenus dans des camps dans le Xinjiang.

Pékin dément ce chiffre et parle de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et ainsi à l’éloigner de la tentation de l’islamisme et du terrorisme.

Plusieurs administrations américaines ont hésité ces dernières années à utiliser le terme de « génocide » qui a des conséquences légales, notamment parce que la convention de l’ONU sur le génocide oblige les États membres à le prévenir et le punir.

Évoquant récemment la situation au Xinjiang, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche, Robert O’Brien, a jugé que « si ce n’est un génocide, c’en est proche ».

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden, favori des sondages face à Donald Trump, parle pour sa part de génocide et a promis une réponse ferme s’il était élu.

L’ONU définit le génocide comme un crime commis « dans l’intention de détruire, ou tout, ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux », notamment par des mesures « visant à entraver les naissances au sein du groupe ».

Or Pékin est accusé de stérilisations massives dans les camps et d’obliger les femmes des minorités à avorter.