(Pékin) Plus de 10 millions de personnes ont déjà été testées en quatre jours à Qingdao, métropole chinoise qui organise un dépistage express après la découverte d’un mini-foyer de coronavirus, ont indiqué jeudi les autorités.

Agence France-Presse

La campagne entamée dimanche, que les autorités espèrent réaliser en cinq jours, a permis jusqu’à présent le prélèvement de 10,5 millions d’échantillons, a déclaré devant la presse Sui Ruwen, un vice-maire de la ville.

Il a assuré qu’aucun cas positif supplémentaire n’avait été décelé parmi les 8,8 millions de résultats déjà obtenus. Le bilan de ce foyer d’infection est pour l’instant de 13 malades de la COVID-19, selon les autorités.

Au total, elles entendent dépister d’ici à vendredi 9,4 millions d’habitants et 1,5 million de visiteurs. Qingdao est une cité balnéaire et touristique, connue dans le monde entier pour sa bière « Tsingtao ».

La campagne de tests a été lancée après la découverte le week-end dernier de plusieurs cas positifs liés à l’Hôpital thoracique de la ville, qui prenait en charge des malades de la COVID-19 arrivés de l’étranger.

Les 13 cas de transmission locale recensés jusqu’à présent à Qingdao, les premiers depuis la mi-août en Chine, ont en tout cas déjà fait de premières victimes au niveau des autorités.

Le directeur de l’Hôpital thoracique « a été limogé et fait l’objet d’une enquête », a ainsi indiqué jeudi la commission municipale de la santé, sans fournir de détails.

La plupart des cas sont liés à cet établissement, selon les autorités, qui cherchent toujours à savoir comment le foyer a pu apparaître.

Le directeur de la commission de la santé de Qingdao, responsable des soins médicaux dans la ville, a par ailleurs été « suspendu ».

La Chine, où le virus a été repéré en décembre, affirme avoir largement endigué l’épidémie sur son sol. Elle ne fait plus état que d’une poignée de nouveaux malades chaque jour, la quasi-totalité en provenance de l’étranger.