(Washington) Un navire de guerre américain a croisé mercredi dans le détroit de Taïwan, a annoncé l’US Navy, une opération dénoncée comme une provocation par la Chine, laquelle revendique sa souveraineté sur ce bras de mer.

Agence France-Presse

« Le destroyer lance-missiles USS Barry a mené une opération de routine le 14 octobre dans le détroit de Taïwan, dans le respect du droit international », selon un communiqué de la Flotte américaine dans le Pacifique.

« Le passage du bateau dans le détroit de Taïwan prouve l’engagement des États-Unis pour une région indopacifique libre et ouverte », a-t-elle par ailleurs assuré sur son site internet.

La marine américaine fait régulièrement croiser ces derniers mois des navires de guerre dans le détroit séparant la Chine continentale de Taïwan. Des opérations qui provoquent toujours une ferme réaction de Pékin.

La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire. L’île est dirigée par un régime rival qui s’y était réfugié après la prise du pouvoir des communistes sur le continent en 1949, à l’issue de la guerre civile chinoise.

Taïwan dispose de ses propres drapeau et monnaie, mais n’est pas reconnu comme un État indépendant par l’ONU. Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître Pékin, mais reste l’allié le plus puissant de l’île et son fournisseur d’armes numéro un.

« Les États-Unis ont envoyé ces derniers temps plusieurs signaux inopportuns aux partisans de “l’indépendance de Taïwan”, compromettant gravement la paix et la stabilité », a réagi jeudi Zhang Chunhui, porte-parole de l’armée chinoise.  

« Nous mettons solennellement en garde les États-Unis : arrêtez toute parole ou acte entraînant des troubles » dans la région, a-t-il indiqué dans un communiqué, affirmant que la Chine « défendra avec fermeté sa souveraineté nationale ».

Pékin menace régulièrement de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance à Taipei ou d’intervention extérieure – notamment américaine.

Dans ce contexte, la Chine considère le passage de navires étrangers dans le détroit comme une violation de sa souveraineté. Les États-Unis voient en revanche ce bras de mer comme faisant partie des eaux internationales et donc ouvert à tous.